Connectez-vous S'inscrire
jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
Newsletter
Rss
 
jeunesfooteux

"Jeunesfooteux, la plateforme communautaire dédiée aux fans de foot "



Didier Drogba ou la force du rêve




Vous n’aimez pas le foot ? Pour vous cela consiste à 22 joueurs qui courent et tapent dans un ballon ? Les footballeurs sont des êtres incultes, qui ne doivent leur réussite qu’à leur capacité à faire la différence avec ce petit bout de cuire qui en passionne certains. Pour vous, le footballeur est ridicule, ne mérite pas sa réussite, ne sait rien faire et ne serait rien sans son métier… Eh bien je vous invite, cher lecteur à suivre le parcours sportif mais également humain de Didier Drogba. Un joueur qui par son courage, sa combativité et son acharnement nous fait aimer les footballeurs et nous montrent qu’au final, le foot c’est une métaphore de la vie…

La naissance difficile d’un grand :

Didier Drogba, c’est l’histoire d’un mec qui s’est battu contre les préjugés d’un milieu parfois dur, qui a affronté les épreuves et qui en a tiré des leçons qui lui ont permis de concrétiser son rêve et de devenir l’un des plus grands attaquants de l’histoire du football. Tout commence le 11 mars 1978 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, la famille Drogba voit naître un nouvel enfant, Didier que l’on surnomme très rapidement « Tito ». Le jeune Didier est tout de suite passionné par le football. Avec ses amis Yopougon et Sicogi, il improvise quelques parties de ballon rond sur un parking servant de terrain de jeu pour l’occasion. Le foot, c’est en lui ! A tel point que dès l’âge de 5 ans, ses parents, non sans difficultés et appréhension l’envoient à Brest, retrouver son oncle, Michel Goba, joueur de football professionnel. Pendant trois saisons, le petit Didier vis au gré des transferts, des matches, des déplacements dans le but d’apprendre, de découvrir et surtout de se forger un rêve. Cependant, dès l’âge de huit ans, Tito revient dans son pays natal. Les trois années passées en Bretagne ont été longues pour lui, ne pas voir ses parents, ses frères et ses amis aura été difficile pour le jeune enfant. Mais malgré cela, dans sa tête le choix est fait, il veut devenir footballeur professionnel, comme son oncle qu’il a eu la chance de suivre durant ces trois saisons qui lui ont rempli les yeux d’étoiles et qui ont éveillé en lui de magnifiques perspectives. L’occasion de continuer son apprentissage et d’enfin entamer les démarches pour concrétiser son rêve, lui est donnée en 1989, l’année qui voit Didier revenir en France. La conjecture économique en Côte d’Ivoire est telle, que les parents Drogba ont perdu leur emploi et décident d’envoyer leur fils en France, pour son bien. Didier Drogba, c’est ainsi un enfant qui a grandi entre la France et la Côte d’Ivoire, qui a vu tous ses repères chamboulés par les voyages, les départs et les épreuves. Mais c’est un enfant qui s’en est sorti, qui a résisté à ce début de vie mouvementé grâce à un rêve, celui de devenir footballeur. Le football, c’est alors bien plus qu’un sport, être footballeur c’est bien plus qu’une activité ou un métier. C’est l’occasion pour de jeunes enfants comme Didier Drogba, de devenir quelqu’un, de rêver et de sortir d’un  quotidien parfois difficile, parfois vicieux, mais surtout très dur…

Les débuts d’une ascension sportive…

Mais outre son enfance difficile, marquée par les séjours multiples entre France et Côte d’Ivoire, Didier Drogba a subi les difficultés liées au milieu dans lequel il a choisi de vivre. Qu’on se le dise, devenir footballeur professionnel, c’est se sacrifier, mettre en retrait son adolescence et surtout son éducation. Didier Drogba en est l’exemple même. Son parcours pour devenir footballeur a été semé d’embûche. Le talent, Drogba l’a. Sa puissance, sa vitesse, ses facilités face au but font de lui un joueur rare, courtisé et apprécié par ses entraîneurs. Mais ses difficultés scolaires, son manque de maturité et de patience remettent en question son évolution. Ses différents coaches lui ont souvent reproché ces défauts et ne lui ont pas accordé la confiance et le temps qu’un talent comme lui aurait pu obtenir. Il faut attendre son arrivée au Mans pour que Didier se stabilise et montre enfin une partie de son talent. Mais comme l’histoire de Drogba, même dans les moments les plus heureux, est marquée par les épreuves et les événements qui viennent remettre en cause l’aboutissement de son rêve, au moment où sa carrière semble enfin lancée, l’attaquant ivoirien se blesse gravement. Résultat, six mois d’absence et une place de titulaire perdue au profit de Daniel Cousin, attaquant bien moins efficace et performant que Didier Drogba, mais très régulier au cours de l’absence de Tito. Le parcours footballistique de Drogba s’éclaircit à partir du moment où le club de Guingamp le recrute. Accompagné par d’illustres footballeurs comme Florent Malouda avec qui il formera un duo terriblement efficace sur les pelouses de Ligue 1, le buteur se fait un nom au sein de l’hexagone, allant jusqu’à signer à l’Olympique de Marseille.

…Jusqu’à l’aboutissement du rêve

Au sein d’une équipe moyenne, alternant le bon et le moins bon, Didier Drogba réalise une saison exceptionnelle, portant l’équipe jusqu’en finale de la Coupe UEFA. Malheureusement, l’attaquant phocéen, suspendu pour avoir pris un trop grand nombre de carton jaune, ne joue pas une finale attendue par toute une ville, tout un peuple. Un premier rendez-vous raté avec l’Europe… En 2008, l’Ivoirien à l’occasion de rattraper ce premier échec sportif, pas avec l’OM qu'il a quitté dès la fin de la saison 2003-2004, mais avec Chelsea. Drogba est désormais l’un des plus grands attaquants du monde. Sa puissance, sa vitesse et sa capacité de percussion font la différence et tous les défenseurs le craignent. Le Drogba de Chelsea n’est pas celui de Marseille, et il compte bien le montrer à l’occasion de la finale de la Ligue des Champions 2007-2008. A Moscou, Manchester United affronte Chelsea. Le match est très tendu, intense, les duels sont âpres et les deux équipes ont du mal à faire la différence. Drogba touche très peu de ballons et est assez esseulé à la pointe de l’attaque d’une équipe tétanisée par la pression.  C’est peut-être cette pression, cette idée que l’aboutissement de sa carrière allait avoir lieu ce soir-là qui a poussé Drogba à ce geste d’humeur qui lui vaut une expulsion logique et un nouveau rendez-vous raté avec l’Europe. Son troisième et dernier rendez-vous avec le plus beau des trophées, il ne le rate pas…Un soir de mai 2012 à l’Allianz Arena de Munich, à l’occasion de la finale de la Ligue des Champions 2011-2012, Didier Drogba rentre définitivement dans l’histoire du football. Son équipe, qu’il porte à bout de bras, qu’il incarne, qu’il représente, dont il est l’emblème remporte contre les pronostics la plus belle des compétitions. Un match grandiose, marqué par l’empreinte de l’attaquant des Blues. Drogba marque à la 88e le but de l’égalisation, d’un coup de tête rageur illustrant sa hargne et sa volonté, avant de concéder un pénalty à la 93e minute de jeu pour une faute sur Franck Ribéry, comme si l’histoire de l’Ivoirien, même dans les bons moments, avait sa part de douleur et de doutes. Une faute qui ne coûtera pas la victoire à Chelsea, Petr Cech arrêtant la tentative d’un Robben hors du coup et inhibé par la pression, comme Didier en 2008. Buteur décisif en fin de match puis fautif heureusement pas malheureux dans le temps additionnel, Drogba fait de cette soirée exceptionnel son moment lors de la séance de tir au but. Dernier tireur des Blues, Tito transforme le pénalty de la victoire. Ce match c’était son match. Ce soir-là, ce n’est pas le joueur qui a été récompensé, c’est l’homme valeureux qui s’est battu pour accomplir son rêve, c’est aussi l’homme vertueux qui n’oublie pas ses origines, symbole de son pays natal pour lequel il a choisi de jouer. Bref ce soir de mai 2012, c’est le soir où le petit Tito qui jouait au football sur un parking avec ses amis est devenu le plus grand attaquant du 21e siècle, le soir où Tito est devenu Monsieur Didier Drogba !

Ainsi Didier Drogba est l’incarnation du joueur qui a lui tout seul nous fait aimer le football. Ses épreuves l’ont renforcé, de ses difficultés passées, il en a tiré une force qui a fait de lui un attaquant redouté et craint par les meilleurs footballeurs d’Europe. Sa volonté de poursuivre ses rêves d’enfant, de devenir un grand parmi les grands et d’échapper à un quotidien lourd et pénible ne peut inciter que le respect et l’admiration. Bien-sûr, il fait office d’exception dans ce milieu cruel et vicieux, mais il montre une belle facette du football, une facette qui fait de ce sport, un sport pas comme les autres…
PS : Merci à mon ami Bastien Dani-Lerussi précieux dans la rédaction de cet article, notamment dans le choix d'une photo que je n'ai finalement pas utilisé ! Mais merci de ton soutien :)
Gaël Simon




: Drogba

Notez
Rédigé par Gael Simon le Dimanche 2 Mars 2014 à 11:11





Mercato Foot sur livefoot.fr foot live




Les News



Vente de piercing langue

Vote pour ce site