Connectez-vous S'inscrire
jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
Newsletter
Rss
 
jeunesfooteux

"Jeunesfooteux, la plateforme communautaire dédiée aux fans de foot "



Ligue 1 - OM/PSG (2-3) : deux hommes dans le match : André Ayew et André-Pierre Gignac




Ces deux joueurs, icônes de l'Olympique de Marseille, jouaient probablement hier soir leur dernier OM/PSG. Chez eux, dans ce nouveau Vélodrome tout acquis à leur cause et devant des supporters qu'ils voulaient remercier et honorer.

Deux attitudes totalement différentes pour deux des meilleurs marseillais cette saison, qui ont très souvent répondu présent. Revenons en détail sur leur performance, mais surtout sur leur disposition psychologique avant, pendant et après le match.

André Ayew

Sûrement le plus émotif des deux, et ça s'est vite ressenti. Toute cette semaine, il rappelait l'importance de ce match à ses yeux :

Même s'il y a un enjeu au classement, il y a aussi le côté ego, le côté supporters. C'est encore plus important. Dans la rue, les gens n'arrêtent pas de me parler de cette rencontre. Dans le car, en arrivant au stade, tu sens monter le truc, dans les regards, les attitudes... [...] Il y a tellement de choses en jeu... On ne joue pas ce match que pour nous. On le joue pour toute une ville, une région. Il faut être à la hauteur pour les gens. Ce match est plus pour les supporters que pour nous. J'ai vu des petits pleurer... On veut leur donner du plaisir, dimanche. Les supporters nous montrent tellement d'amour.

La nécessité de répondre présent était bien ancrée chez André Ayew, qu'on avait déjà vu très émotif après la défaite du Ghana en finale de la Coupe d'Afrique. Hier soir, il taclait les deux pieds en avant Verratti dès la deuxième minute de jeu et s'en prenait tout de suite à l'arbitre, prouvant bien que ce match représentait beaucoup plus pour lui. Son histoire avec l'OM, la rivalité avec le PSG, il ne pouvait accepter de rester sur six défaites consécutives et voulait tout faire, trop faire, pour dire "adieu" aux supporters.

Son carton rouge après le coup de sifflet final après s'être plaint de manière trop véhémente au goût de l'arbitre reflète à quel point la passion a pris le dessus sur la raison, et si vous en doutez encore, écoutez son interview d'après match. "Trop c'est trop". Effectivement, pour le coup, c'était vraiment trop.

André-Pierre Gignac

En voilà un qui avait la pression et qui n'a pas déçu. Imaginez-vous, votre concurrent direct, votre remplaçant annoncé, qui plante but sur but quand vous avez un coup de moins bien. Et c'est le match contre le PSG qui approche. Il faut des nerfs et un mental d'acier pour réussir à faire ce qu'a fait Gignac hier soir. Son doublé est plein d'abnégation, d'efficacité et de combat.

Contrairement au premier nommé, je vous ferais remarquer qu'on ne l'a entendu ni avant, ni pendant, ni après le match. Son attitude à sa sortie du terrain a été saluée partout, lui qui pense collectif avant toute chose. Lui pourra quitter le club avec l'impression du devoir accompli sur ce match, quant Ayew pourra peut-être plus s'en vouloir.

Gignac a 29 ans quand Ayew vient d'en avoir 25, une différence non négligeable. Ayew a été formé à l'OM, ne jure que par l'OM, baigne dans l'OM depuis tout petit. Gignac a lui connu beaucoup plus de bas que de haut dans sa carrière olympienne, mais parvient à la conclure de la plus belle des manières, avec un recul qu'on ne peut qu'admirer.

Si vous n'êtes pas convaincu, il n'y a qu'à regarder la photo principale de cet article, et vous comprendrez vite qu'il y en a un qui se concentre sur le match, pendant que l'autre est totalement investi par la passion...

Retrouvez plus d'infos sur humeur-2-foot.fr !!




Notez
Rédigé par Adrien Laborde le Mardi 7 Avril 2015 à 15:20





Mercato Foot sur livefoot.fr foot live




Les News



Vente de piercing langue

Vote pour ce site