Connectez-vous S'inscrire
jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
Newsletter
Rss
 
jeunesfooteux

"Jeunesfooteux, la plateforme communautaire dédiée aux fans de foot "



Paris gagne sans briller




Paris gagne sans briller
Défait à Paris lors de l’affiche de cette 26e journée de Ligue 1, Marseille est désormais hors du coup pour le titre de champion. Le club phocéen doit maintenant regarder derrière lui et observer attentivement Saint-Etienne, Nice et même Lille s’il veut conserver sa 3e place. Après avoir été dans la position du chasseur ces dernières semaines, Marseille sera dans les prochaines semaines dans la position du chassé. Lyon, quant à lui, est toujours dans la lutte avec Paris et continue de lui mettre la pression, suite à sa victoire contre Lorient dimanche après-midi…
Opposition entre le premier et le troisième du championnat de France, ce PSG – OM était une belle occasion pour le club de la Capitale de montrer sa puissance et son attractivité nouvelle avant le match aux yeux de tout le football français. Mais cette rencontre était surtout l’occasion pour les parisiens de se relancer après leur défaite contre Sochaux. Pour prouver que ce match n’était qu’un faux pas, il fallait donc que le PSG réalise une bonne performance contre son meilleur ennemi. De l’autre côté, la composition d’équipe nous montre que Marseille vient à Paris avec l’intention de ne pas se laisser faire par son adversaire du soir. Cependant, on voit dès le début du match que la tactique adoptée par Baup ne fonctionne pas. Défensivement, les joueurs de couloir sont collés à leurs lignes de touche et défendent très bas alors que les deux milieux défensifs sont très, trop proches de leur défense. Le problème c’est que les parisiens, en face, passent énormément par l’axe avec un Pastore qui vient chercher les ballons très bas, un Lucas qui délaisse volontairement son côté droit et deux attaquants qui viennent offrir des solutions au porteur de balle. Clairement la stratégie défensive de l’OM est bancale face à des Parisiens qui maîtrisent le jeu sans forcément avoir la balle. Comme face à Valence, les individualités parisiennes sont tranchantes et la variété du quatuor offensif fait énormément de mal au bloc défensif adverse. Heureusement, après l’ouverture du score, Baup demande à ses joueurs d’évoluer plus haut sur le terrain. Les milieux marseillais accompagnent enfin les attaques, Valbuena n’est plus esseulé dans l’entrejeu parisien et Marseille s’installe petit à petit dans le camp parisien. De plus, le pressing des Marseillais semble faire mal à des défenseurs parisiens peu à l’aise quand ils doivent relancer proprement. La fin de la première période est à l’avantage de l’OM mais la rigueur tactique des parisiens est suffisante pour contenir les attaques phocéennes.
La seconde période débute comme la première période s’était terminée. L’OM est dans le camp parisien et semble capable de revenir dans le match. Paris, quant à lui, tente de se projeter le plus rapidement possible vers l’avant et dépend beaucoup plus des percées balle au pied de Lavezzi qu’en première période. Le jeu parisien est très stérile, Lucas s’est éteint, Ibra joue à contresens alors Pastore est trop esseulé pour pouvoir bien organiser le jeu. Pour répondre à la domination marseillaise, Ancelloti fait rentrer Beckham et Chantôme à la place de Verratti et Pastore. Le PSG passe alors en 433 et tente de contrer les montées de Barton et Romao dans son propre camp. Cependant, ce plan ne fonctionne pas vraiment et Marseille continue de mettre la pression sur une équipe parisienne qui tient grâce aux parades de Sirigu. Plutôt plaisante avec le ballon mais inefficace dans le dernier geste, l’équipe marseillaise se fait illogiquement sanctionner en fin de match par un but d’Ibra. Défait mais pas ridicule contre le PSG, l’OM doit avoir quelques regrets suite à ce match mais peut croire en ses chances de qualification pour le match de mercredi en Coupe de France…
Contrairement à l’OM, Lyon ne jouera pas cette semaine en Coupe de France mais croit toujours en ses chances de finir champion de France. Après sa victoire contre Lorient, Lyon ne compte que 3 points de retard sur le leader parisien. Pourtant, la victoire lyonnaise a mis du temps à se dessiner dimanche après-midi. En première période, les lyonnais ont paru hors du coup physiquement et bougés en plus par des lorientais audacieux qui ne se sont pas fait prier pour prendre le jeu à leur compte. En seconde période, cependant, les lyonnais ont su mettre suffisamment de rythme pour bouger une défense lorientaise fébrile. Grenier a joué juste avec beaucoup de simplicité derrière un Lisandro solide et volontaire, tandis que l’insouciance de Lacazette et Ghezzal sur les côtés a fait la différence. La semaine dernière, la victoire lyonnaise était essentiellement due à la faiblesse de leur adversaire bordelais. Cette semaine, la victoire a été acquise grâce à la belle performance de quatuor offensif lyonnais en seconde période et grâce à la solidité mentale de l’ensemble de l’équipe…
Samedi après-midi, je me suis surpris à suivre avec attention la rencontre entre Rennes et Sochaux. Je voulais voir, en effet, le comportement des rennais sans la présence d’Alessandrini et le match des coéquipiers de Roudet après leur belle victoire contre Paris. Comme la semaine dernière, Sochaux débute le match sans crainte ni peur et tente de faire le jeu face à Rennes. L’équipe sochalienne mène ses attaques avec beaucoup de justesse. Bakambu décroche énormément et pose beaucoup de problèmes au trio défensif rennais Diarra – Boye – Kana-Biyik, plus puissant qu’intelligent tandis que Boudebouz et Roudet n’hésitent pas à provoquer, déborder ou rentrer dans l’axe. Sochaux ouvre d’ailleurs logiquement le score suite à une belle attaque placée ou intelligence et simplicité se complètent. En face, les attaques rennaises sont insipides. Cependant sur un coup de pied arrêté, les coéquipiers de Costil reviennent dans le match. La seconde période débute par une domination territoriale rennaise. Sochaux défend dans son camp, fait le dos rond et attend un contre pour crucifier des Rennais très médiocres avec le ballon. Ceux-ci, dans le camp sochalien, portent trop le ballon, jouent latéralement et sont tout le temps arrêtés quand ils reçoivent le ballon. Bref, la domination rennaise n’est que stérile. Sochaux, petit à petit revient dans le camp de son adversaire et sur leurs attaques, les coéquipiers de Kanté se montrent très dangereux. Le problème du Stade Rennais, c’est que Diarra, au milieu du terrain est perdu. Il n’est jamais bien placé. Face à des Sochaliens qui passent beaucoup par les côtés, il doit venir travailler sur la largeur du terrain pour suppléer ses arrières latéraux. Mais lui reste dans sa zone, statique, sans jamais couvrir les montées de ses arrières. Sochaux, profitant donc de la fébrilité du bloc défensif rennais, reprend logiquement l’avantage et peut croire à nouveau à la victoire. Mais sur un nouveau coup de pied arrêté, Rennes revient une nouvelle fois au score et arrache au dernier moment le match. Fébrile défensivement et médiocre offensivement, à l’image de Pitroipa, Rennes évite tout de même le pire. Ah oui, pour moi ce mauvais match ne s’explique pas par l’absence d’Alessandrini, mais par le manque de volonté de l’équipe rennaise…
A part ça, Lille est allé s’imposer tranquillement à Ajaccio samedi soir. Tout est en marche pour que le LOSC revienne dans le Top 5. Le calendrier lui est plus que favorable, les individualités qui doivent faire la différence sont enfin en forme et la confiance est revenue. Les hommes de Garcia peuvent envisager l’avenir avec beaucoup de sérénité. A part ça, Nice et Saint-Étienne ont profité des matches nuls de Rennes et Lorient et de la défaite de Bordeaux pour creuser l’écart par rapport à leurs poursuivants en s’imposant brillamment lors de cette 26e journée. Voilà les deux équipes capables de venir chipper la troisième place à l’OM. Et à part ça, Brest a confirmé sa bonne forme du moment en allant s’imposer contre une très mauvaise équipe de Bordeaux. Dans la lutte pour le maintien, Brest et Sochaux semblent capables de s’en sortir in extremis alors que Valenciennes, Bastia, Evian et Reims vont se battre d’ici la fin de la saison pour ne pas accompagner Troyes et Nancy…
Gaël Simon



: OM, PSG

Notez
Rédigé par Gael Simon le Lundi 25 Février 2013 à 14:21





Mercato Foot sur livefoot.fr foot live




Les News



Vente de piercing langue

Vote pour ce site