Connectez-vous S'inscrire
jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
Newsletter
Rss
 
jeunesfooteux

"Jeunesfooteux, la plateforme communautaire dédiée aux fans de foot "



Retour sur une saison rocambolesque du côté des blues de Chelsea.




Retour sur une saison rocambolesque du côté des blues de Chelsea.
Alors que la Coupe des Confédérations vient de rendre son verdict, avec une impressionnante victoire brésilienne sur l'ogre espagnol (3-0) en finale, tous les regards sont désormais braqués sur les différents championnats nationaux, qui reprendront pour la plupart dans un tout petit peu plus d'un mois. L'occasion de revenir sur le parcours atypique du nouveau club du « Happy One »José Mourinho, le club londonien de Chelsea lors de la saison 2012/2013.

Vainqueurs de la Ligue des Champions lors de la saison 2011/2012, les blues partaient confiants malgré la grosse sensation du mercato. Une sensation au penchant africain. En effet le départ de l'emblématique Drogba, poussé vers la sortie par ses dirigeants, a eu l'effet d'une bombe dans la communauté des supporters de Chelsea. Et c'est bien peu dire ! Pour preuve, l'attaquant international ivoirien a même été élu meilleur joueur de l'histoire de Chelsea, devant un certain Franck Lampard, aujourd'hui meilleur buteur de l'histoire du club. Son départ pour la Chine aura notamment été accompagné de celui de Salomon Kalou en direction du Lille Olympique mais également d'une pléiade de joueurs, priés de quitter le navire, ou prêtés afin de glaner du temps de jeu. On pouvait notamment citer dans ce fourgon des joueurs comme Kakuta, le jeune français, Bosingwa, Meireles, Benayoun, Essien, Lukaku ou encore Kévin de Bruyne. Bref, une bagatelle, mais une bagatelle de joueurs âgés.

A contrario, les arrivées devaient concerner de jeunes joueurs, non seulement prometteurs mais au talent bien prouvé. On peut ainsi noter Oscar, Hazard, Marin, Moses ou encore Azpilicueta. Au total, 82 millions de Livres de dépenses, soit environ 96 millions d'euros, pour quasiment rien en recette. Mais qu'importe, avec la victoire en Ligue des Champions lors de l'exercice précédent, les dirigeants des blues pouvaient se le permettre. Le site publiera même le 9 Novembre sur son site que pour la première fois depuis le rachat par Abramovitch, le club avait effectué des bénéfices d'à peu près 1,75 millions d'euros lors de la saison écoulée. A priori, le club repartait sur des bases solides. Tout du moins sur le plan des finances.

Sur le plan des finances, tout était au vert. Mais qu'en fut-il du sportif ? Bon diront certains, excellent, diront d'autres. La saison de Chelsea s'est en effet très bien terminée avec une belle troisième place en championnat mais aussi et surtout une deuxième victoire d'affilée en coupe d'Europe, cette fois en ligue Europa, au détriment de Benfica (2-1). Pourtant, le début de saison n'annonçait pas ce scénario. Il était plutôt mi-figue mi-raisin ce début de saison. Excellents en championnat, les coéquipiers de Fernando Torres étaient pourtant très décevants en coupe. Outre les deux défaites en finale de la FA community Shield contre City puis en finale de la Supercoupe d'Europe, où ils subissent même une correction, contre l'Atlético Madrid (1-4), avec notamment une un triplé du néo-monégasque Falcao, le champion d'Europe voyait sa couronne lui filer entre les doigts. Après une phase de poule médiocre, Chelsea terminait finalement troisième de sa poule, à égalité de points avec Donetsk mais inférieur au goal average particulier.

Cette contre-performance était d'autant plus surprenante qu'en championnat tout allait pour le mieux avec notamment sept victoires lors des huit premières rencontres. Au lendemain de la défaite contre la Juventus (0-3), le club annonçait même par un communiqué le licenciement du manager Roberto Di Matteo. L'affaire dépassait désormais le plan sportif, c'était le début des difficultés en interne.


Car pour remplacer le technicien qui avait emmené Chelsea en finale de Ligue des Champions, les dirigeants eurent la bonne idée d'appeler Benitez, lui, l'enfant de Liverpool. Ce choix ne fut pas du goût du public. Hué, décrié, le nouveau manager des blues connaîtra même une première défaite qui le mit déjà sur la sellette en Coupe du monde des Clubs, contre les Corinthians (0-1). Pourtant, ce fut comme un déclic. Cette défaite annonçait en effet une fin de saison beaucoup plus agréable, avec notamment cette probante victoire 8-0 contre Aston Villa. De la même manière, Benitez aura permis à Fernando Torres de revoir le jour, le joueur enchaînant les rencontres de qualité et ce malgré un nouvel apport offensif en la présence de Demba Ba.

Mais cette relative stabilité sportive ne suffisait pas à éponger les difficultés internes. Terry, poussé sur le banc depuis trop longtemps par Cahill le vivait mal et le faisait savoir mais aussi et surtout, les dirigeants s'en prenaient à une légende du club : Franck Lampard. Devenu presque indésirable, l'emblématique capitaine des blues ne l'entendait pas de cette façon et le prouvait sur le terrain pour finalement faire changer d'avis les dirigeants londoniens. Ils firent bien. Car en plus de devenir le meilleur buteur de l'histoire du club (203 buts, pas mal pour un milieu de terrain), le natif de Romford aura porté sur ses épaules l'élan positif de son club pour la fin de saison.

Car en effet, si en championnat tout allait bien, malgré quelques couacs normaux dans une saison, le tir était également rectifié en coupe d'Europe, à défaut de le rectifier dans les coupes nationales puisqu'ils s'y voient éliminés à chaque fois en demi-finale. En Ligue Europa, ça va plutôt bien. Les joueurs enchaînent les tours facilement, éliminant ainsi le Sparta Prague, le Steaua Bucarest, le Rubin Kazan puis le FC Bâle avant de venir à bout du Benfica en finale. En championnat, aux prises avec Tottenham et Arsenal, les blues parviennent finalement à se détacher de leurs deux concurrents qu'ils distancent finalement pour s'approprier définitivement la troisième place du championnat derrière Manchester United et Manchester City et ainsi s'assurer une participation à la prochaine édition de Ligue des Champions : les blues terminent en effet deuxième meilleure attaque et troisième meilleure défense pour un total de 75 points. La moyenne pour Chelsea depuis plusieurs saisons maintenant.

Tout semble aller pour le mieux à Chelsea donc. Cependant, dès le mois de Février, Benitez avait annoncé qu'il ne prolongerait pas son bail. Cela s'est vérifié puisqu'il a aujourd'hui signé avec le SSC Napoli. Alors qui pour le remplacer ? Abramovitch n'avait qu'une seule idée en tête : faire revenir Mourinho. C'est désormais chose faite.

Alors, que du bonheur ? Peut-être, peut-être pas. Après sa saison plus que délicate du côté de la maison blanche et parti du Real avec l'Espagne sur son dos (hormis la Catalogne peut-être), le tacticien portugais aurait laissé entendre que son équipe devrait se passer des espagnols. Évidemment, ça sous-entend des départs d'Azpilicueta, acheté à l'Olympique de Marseille à l'été précédent, mais aussi de Torres ou encore de Juan Mata, élu pour la deuxième saison consécutive meilleur joueur du club. Problématique donc. De quoi nous faire piaffer d'impatience devant notre ordinateur !



Mullois Quentin.

Visitez aussi mon blog : http://sportkant26.eklablog.fr/




Notez
Rédigé par Quentin Mullois le Mardi 2 Juillet 2013 à 22:52





Mercato Foot sur livefoot.fr foot live




Les News



Vente de piercing langue

Vote pour ce site