jeunesfooteux
Rédigé par Kevin BLONDIN le Jeudi 21 Mars 2013 à 23:39

Amical, Brésil-Italie: Deux géants dos à dos


C'est à Genève, sur terrain neutre, que se retrouvaient ce soir l'Italie de Pirlo et le Brésil de Neymar. Dans une ambiance chaleureuse, les deux équipes ont montré de l'envie et de l'engagement pour finalement se neutraliser 2-2, chacune des deux équipes ayant eu sa mi-temps. Avant les matchs de demain, qualificatifs pour le mondial 2014, le match de ce soir était un véritable évènement opposant deux des plus grandes équipes de l'histoire du jeu.



Amical, Brésil-Italie: Deux géants dos à dos
Le Brésil et l'Italie, c'est neuf titres de champions du monde à eux deux! Rien que ça. La Seleçao Auriverde et la Squadra Azzurra ont en effet gagné à eux deux plus de la moitié des dix-neuf Coupes du Monde disputées jusqu'à aujourd'hui. Deux d'entre elles, en 1970 et 1994, virent même s'affronter ces deux équipes en finale (deux titres pour le Brésil). Autant dire que le centre du monde footballistique, ce soir, était en Suisse.

La surprise côté brésilien était la non-titularisation du parisien Thiago Silva, pourtant considéré comme l'un des tous meilleurs défenseurs central au monde. C'est donc Dante, le joueur du Bayern Munich, ex-lillois, qui était aligné aux côtés de David Luiz.
Ce dernier n'était pas l'unique représentant des Blues de Londres sur le terrain car son jeune compatriote Oscar était chargé d'animer le secteur offensif des sud-américains en compagnie de Neymar, Hulk, et de l'ancien lyonnais Fred. Une attaque plutôt séduisante et diablement rapide en contre.

Côté italien peu de surprises avec Balotelli et Osvaldo devant, un milieu de terrain très technique et classieux composé de Pirlo, De Rossi et Montolivo. Le milieu de la Juve, Claudio Marchiosio, fiévreux, manquant à l'appel. C'était également l'occasion pour le sélectionneur italien Prandelli d'honorer la première sélection du jeune défenseur latéral Mattia De Sciglio.

Ce match n'avait d'amical que le nom, comme souvent lors de ce type d'affrontement entre deux grandes équipes. Leur mondial, et la Coupe des Confédérations approchants à grands pas, il n'y a plus de temps à perdre pour les joueurs de Felipe Scolari. Côté Italien ce match représentait un très bon test, pour ses jeunes notamment, face à un adversaire de prestige qu'ils n'ont plus battu depuis 1982.

Dans une rencontre très animée et avec beaucoup de rythme, ce sont les brésiliens qui se sont d'abord mis en évidence. Bien que le jeu se soit resserré et les espaces rétrécit après une première demie heure emballée, c'est à la 33ème minute de jeu que le brésil a ouvert le score. Suite à un centre mal dégagé du joueur du Zenit Saint Pétersbourg, Hulk, c'est l'ancien lyonnais Fred qui, seul au second poteau, a reprit de cuir pour battre Buffon.

Côté italien seules des frappes lointaines de Mario Balotelli vinrent inquiéter Julio Cesar, sans pour autant faire trembler les filets auriverdes. Une belle frappe enroulée du gauche de Pirlo donna un frisson au coéquipier d'un Dani Alvès nouvellement peroxydé.

C'est malgré tout les brésiliens qui, suite à une course folle de Neymar plein axe et un but plein de lucidité d'Oscar, vont venir doubler la mise à la 42ème minute. Sur ce coup là Buffon ne pouvait rien faire, Oscar ayant placé parfaitement son extérieur pied droit au raz du poteau gauche du portier juventino.

C'est donc sur ce score de 2-0 que les vingt-deux acteurs rejoignaient les vestiaires. Durant le repos Prandelli choisit de faire entrer en jeu El Shaarawy et Cerci en lieu et place de Osvaldo et Pirlo. Ces deux changements ne perturbèrent guère des brésiliens qui continuèrent de maîtriser le jeu durant les dix premières minutes de la seconde période.

Mais c'est finalement l'Italie qui va réduire le score par De Rossi. Suite à un corner mal négocié par la défense brésilienne le romain vient reprendre le ballon de l'extérieur du pied droit et voit celui-ci finir sa course dans le petit filet de Julio Cesar.

Les brésiliens n'auront pas le temps digérer cette réduction du score, que, dans la foulée, c'est Super Mario, le néo-milanais qui est venu égaliser suite à un exploit personnel. Parfois nonchalant, et souvent râleur, il a pourtant montré tout son talent, et en quoi il peut être utile à l'équipe transalpine. Pas attaqué dans l'axe à 25 mètres l'ex-citizen à décoché une frappe magnifique qui a lobé son ex-coéquipier à l'Inter et est venu se loger en pleine lucarne! Imparable!

Hulk côté Brésilien, puis Balotelli encore lui, pour les Italiens manqueront l'occasion de donner l'avantage à leur équipe respectives. Les entrées de Kakà, et Diego Costa côté brésilien et de Diamanti et Gilardino côté Squadra ne changeront pas non plus le score qui restera bloqué à 2-2 jusqu'à la fin d'une rencontre agréable, et engagée avec cinq cartons jaunes distribués par l'arbitre local du soir Mr. Stéphan Studer.

C'est donc sur un match nul logique et à l'issue d'une partie de qualité que se sont quittés brésiliens et italiens. Un résultat plutôt logique et surtout satisfaisant pour deux équipes en construction à la recherche de repères. Le Brésil devra néanmoins apprendre à être plus décisif, lui qui reste sur une série de quatre matchs sans victoire désormais, indigne de la part des quintuples Champions du Monde.













Mots clés : Bresil, Italie

Notez