jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
YouTube Channel
Rss
Newsletter
   

Arsenal : Les explications d'une dérive


Rédigé par Gael Simon le Samedi 22 Mars 2014 à 15:36



Arsenal : Les explications d'une dérive
Arsène Wenger rêvait certainement d'une meilleure partie de ses joueurs pour son millième match à la tête d'Arsenal. Face à Chelsea, les Gunners se sont en effet inclinés 6 buts à 0, sans jamais pouvoir contester la supériorité physique, tactique et même technique des hommes de Mourinho. Un match qui enterre définitivement les chances de titre des coéquipiers d'Olivier Giroud, un match qui révèle une fois de plus les failles de cette équipe d'Arsenal bien trop faible dans les gros matches...
Le match ne débute pourtant pas si mal pour les Gunners. Tout de suite très intense, la partie offre une belle opposition, Arsenal se procurant même une belle opportunité. On est loin du match très fermé entre les deux équipes de décembre dernier. Mais ce sont les hommes de Wenger qui vont payer en premier le prix de cette intensité. Dès la 5e minute de jeu, Eto'o ouvre le score, lançant alors le début de la démonstration des Blues. Arsenal sort du match. Au milieu, le trio Cazorla - Arteta - Rosicky est complètement écrasé. Les 4 de derrière sont laissés à l'abandon. Devant, il ne se passe rien. En ouvrant le score, Chelsea semble avoir enterré les Gunners. Dépassé dans l'entre-jeu, hors du coup tactiquement, bousculé physiquement et très vite à 10 contre 11 suite à l'expulsion (grotesque) de Gibbs sanctionné pour une main volontaire de... Oxlade Chamberlain, Arsenal prend l'eau. A la mi-temps ça fait 4-0. Chelsea a accéléré 4 fois, Chelsea a marqué 4 fois. Le bilan est lourd pour Wenger qui vit un millième match catastrophique, un de plus face à sa bête noire Mourinho. La seconde période ne permet pas aux coéquipiers de Sagna de se relancer. Les Blues gèrent leur avance et maintiennent sans forcer leur maîtrise collective. Une erreur de Szczesny et un long ballon dans le dos des Gunners permettent même à Chelsea de mettre deux buts de plus, portant ainsi le score à 6-0. Jeu, set et match, la domination des coéquipiers d'Hazard a été sans partage. Pas de cadeau pour le millième match de Wenger. Ce n'est pas dans le style de Mourinho de faire de telles offrandes, même par pur respect.
La défaite est lourde, ajoutée au fait qu'elle se produise à un moment aussi symbolique de la carrière de l'entraîneur Alsacien à Arsenal. Mais elle est logique au vue des carences de son équipe. Le milieu des Gunners s'est littéralement fait bouffer par celui des Blues. Arsenal n'a pas su répondre au duel physique que lui a opposé Chelsea. Proposer la technique du trio Arteta - Rosicky - Cazorla comme réponse à la puissance du duo David Luiz - Nemanja Matic était un pari, il a largement été perdu... Le milieu aligné par Wenger est très élégant. Ces trois joueurs sont de très bons techniciens, le genre de joueur dont on a besoin dans le football, mais pour aller au combat, proposer un duel physique, faire contrepoids dans l'engagement, c'est insuffisant. C'est dans ce registre qu'Arsenal a pêché. Tout au long du match, je me suis tout simplement demandé si l'erreur de Wenger, ce n'est pas de ne pas faire évoluer sa vision du foot. Dans ce football moderne, les techniciens ont leur place, mais ils sont encadrés par une vraie force athlétique. Busquets au Barça en faux 6 pour protéger Cesc, Xavi et Iniesta, Boateng et Dante au Bayern pour protéger Robben, Ribery, Gotze et les autres, ou même Chelsea avec Cahil, Terry et Matic pour protéger Hazard, Oscar, Willian ou Shürrle. Là où Wenger fait une erreur, c'est dans son refus de mettre au coeur du jeu, une dose de puissance, de vitesse ou même de mobilité dans la largeur. Mais pourtant, les cas du Barça, du Bayern et de Chelsea que je viens d'évoquer ou même celui de son grand Arsenal avec Gilberto Silva et Patrick Vieira, prouvent que pour s'exprimer pleinement, la technique a besoin d'une touche physique et athlétique pour la sécuriser. L'expression du potentiel technique de toutes les équipes dans le football moderne passe par la présence d'un caractère physique à la base même de celles-ci. Et c'est typiquement ce qu'il manque à Arsenal dans les grosses confrontations.
D'autres défauts sont apparus au cours de ce match. Le positionnement défensif des Gunners est apparu comme catastrophique, à l'image du dernier but du Chelsea, où aucun milieu ne presse le porteur du ballon, où les défenseurs trop hauts et mal placés sont incapables de suivre l'appel de Salah. Ou encore la faible production offensive des coéquipiers de Giroud, étant dans l'impossibilité de jouer vers l'avant, avec un minimum de rythme entre les passes et de mouvement. Mais ce que l'on retiendra surtout, c'est cette inconsistance d'Arsenal face aux gros, cette faiblesse tactique et cette absence d'engagement et d'agressivité dans les duels, notamment au milieu. Aller, on souhaite tout de même un Joyeux Anniversaire à Arsène Wenger même si cela ressemblait plus à un enterrement...
Gaël Simon










Mercato Foot sur livefoot.fr foot live