jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
YouTube Channel
Rss
Newsletter
   

Arsenal, l’éternel recommencement


Rédigé par Miary Mahasoro le Dimanche 5 Octobre 2014 à 18:33

Surclassés cet après-midi par le Chelsea de José Mourinho, les Gunners ont montré une infériorité criante face aux Blues. Un match qui réveille des vieux démons bien ancrés dans le club du nord de Londres depuis quelques années



Arsenal, l’éternel recommencement
Une démonstration de force. Cet après-midi, Chelsea a tranquillement disposé d’Arsenal. Tout d’abord sur un pénalty d’Eden Hazard, auteur auparavant d’une merveilleuse percée, puis sur un but de l’inévitable Diego Costa, parfaitement servi par Cesc Fabregas. Les hommes de José Mourinho n’ont donc pas eu à forcer leur talent, face à un Arsenal inoffensif, trop tendre et tout simplement inférieur à Chelsea. Une même rengaine que les autres saisons pour les Gunners ? Peut-être bien. Car depuis le début de la saison, Arsenal est poussif. D’abord victorieux sur le fil face à la modeste équipe de Crystal Palace, les canonniers d’Arsenal se sont difficilement débarrassés de Besiktas pour accéder à la Ligue des Champions. Après un nul encourageant face à Manchester City, les hommes d’Arsène Wenger ont complètement sombrés face à Dortmund. Après un regain de forme face à Aston Villa, les Gunners ont enchaîné deux mauvais résultats face à Southampton (élimination en Capital One Cup) et Tottenham (nul poussif autant dans la manière que dans la physionomie du match). Effectuant une prestation très convaincante en milieu de semaine face à Galatasaray, avec notamment un triplé de Danny Welbeck, Arsenal est donc resté impuissant aujourd’hui face aux Blues. Une mauvaise habitude que les Gunners traînent depuis quelques années. Certes, ils n’ont pas encaissé 6 buts comme l’an passé à Stamford Bridge, mais la façon dont Arsenal s’est incliné laisse clairement présagé qu’ils n’auront pas leur mot à dire dans la course au titre cette année. Lors du match nul face à Manchester City, les hommes d’Arsène Wenger ont montré une combativité et une détermination nécessaire pour les grands matchs. Mais ces traits de caractère ne se sont pas du tout retrouvés, que ce soit face à Tottenham, Dortmund ou Chelsea. Harcelés et pressés à Dortmund, battus physiquement par Chelsea, incapable d’affirmer leur supériorité face à Tottenham, les Gunners flanchent psychologiquement, ce que Joey Barton, l’excentrique milieu de QPR, s’empressent de souligner : « Cette équipe d’Arsenal manque d’une colonne vertébrale et de caractère. Vous pensez à ses équipes avec Petit, Vieira, Adams, Keown et tous ces guerriers. Vous regardez le vestiaire d'Arsenal aujourd'hui et vous ne pouvez pas dire que des joueurs comme eux, capables de vous faire gagner contre des grosses écuries, soient nombreux. Un joueur m'a dit qu'Arsène n'aime pas que quelqu'un élève la voix à la mi-temps quand les choses tournent mal. Mais parfois, vous avez besoin de quelqu'un pour galvaniser l'équipe, quelqu'un qui soit un gueulard. Ce n'est peut-être pas la méthode d'Arsène, mais je pense que ça leur manque. Psychologiquement, les managers des gros clubs sont souvent des grands managers qui font ce qu’ils veulent avec Wenger. C’était le cas de Sir Alex Ferguson à la fin et c’est maintenant le cas de José Mourinho. » Barton pointe le gros point faible d’Arsenal ces dernières années. Un caractère que Wenger a essayé de faire passer à ces troupes face à Chelsea, avec cette altercation face à José Mourinho, chose qui est totalement inhabituel pour le manager alsacien. En plus de cela, Arsenal doit faire face, comme toutes les années, à une cascade de blessures.

Aaron Ramsey, Mikel Arteta, Theo Walcott, Olivier Giroud, Mathieu Debuchy… Comme d’habitude, l’infirmerie est bien garnie du côté d’Arsenal ! Et cela en est forcément préjudiciable, d’autant que ces blessures touchent des joueurs majeurs. Enlever Yaya Touré, Sergio Agüero, David Silva et Pablo Zabaleta à Manchester City, ou encore Diego Costa, Cesc Fabregas, Eden Hazard et Branislav Ivanovic à Chelsea, et vous comprendrez très vite les énormes pertes pour Arsenal ! Même rengaine que l’an dernier, avec les blessures de Ramsey, Wilshere, Walcott, Özil, Podolski, Cazorla, tous pour minimum 2 mois, une véritable hécatombe !  Alors, véritables organismes fragiles ou méthode d’entraînement ou de préparation douteuse ? On serait tenté par choisir la seconde option, tellement les Gunners ont connu de pépins depuis 4 ou 5 années. Pour remédier à cela, Arsène Wenger a réalisé un audit au sein de son club pour essayer de comprendre les raisons de ces blessures incessantes. Il a ainsi recruté le préparateur physique des champions du monde allemand pour rectifier le tir. Mais rien n’y fait, les blessures sont récurrentes à Arsenal. Comment espérer jouer les premiers rôles, si vos joueurs majeurs se blessent toujours en cours de saison ? C’est apparemment le dilemme avec lequel Arsenal devra encore remédier cette année.
Enfin, l’effectif d’Arsenal n’est pas encore assez pourvu en qualité pour espérer jouer les premiers rôles en Premier League. Arsenal possède seulement 3 joueurs de classe mondiale (Özil, Sanchez et Cazorla) et affronte les cadors anglais avec au moins 7 joueurs de ce standing ! Un défaut de qualité et non de quantité, car tous les postes, à part celui de défenseur central, sont doublés voir triplé. Cependant, au vu de ce match, l’équilibre défensif des Gunners est insuffisant, manquant d’un milieu défensif puissant et d’un défenseur central de grande qualité. Evoqué dans un de nos derniers articles, William Carvalho ferait un bien fou au milieu d’Arsenal, trop léger physiquement. Un déficit de qualité que les Gunners ne comblent pas par une envie débordante, hormis avec Alexis Sanchez. Si seulement 7 journées se sont jouées en Angleterre, les prestations des Gunners inquiètent déjà. Déjà quasiment condamnés à jouer les seconds rôles pour la 3ème et la 4ème place, Arsenal va devoir lutter face à Liverpool, Manchester United ou encore Tottenham. A Arsène Wenger de trouver la bonne formule, et remettre les Gunners dans la bonne direction, au risque de voir une nouvelle fois le même scénario que les saisons précédentes se répéter. 










Mercato Foot sur livefoot.fr foot live