jeunesfooteux

Rédigé par Daniel Marques le Mardi 19 Novembre 2013 à 10:18

Barrages aller de la CDM 2014: La France au pied du mur, le Portugal n'a plus qu'à conclure


Retour sur deux des 4 matchs de barrages les plus attendus, Ukraine-France et Portugal-Suède.



La France n'a rien pu faire face à un bloc ukrainien très physique qui a bloqué Ribéry par tous les moyens.
La France n'a rien pu faire face à un bloc ukrainien très physique qui a bloqué Ribéry par tous les moyens.
Ukraine-France: 2-0
Une claque, une humiliation, etc. Les mots sont nombreux après cette défaite surprise de l'Equipe de France à Kiev face à l'Ukraine. Surprise certes, mais pas imméritée au vu de la motivation affichée par les deux équipes.

Les Ukrainiens avaient le couteau entre les dents lors de ce match, affichant un énorme engagement sur chaque ballon, ce qui leur a valu de faire beaucoup de fautes notamment. Les français sont eux retomber dans leur travers: Avec un Ribéry cadenasser par deux défenseurs ukrainiens et un manque d'envie criant, les bleus ont butés sur un bloc ukrainien très physique et compact qui leur a empêcher d'attaquer au vu du manque d'impact physique des attaquants. Grâce à cela, l'Ukraine a réalisée le coup parfait. Sur les quelques occasions qu'ils ont eu, ils sont parvenus à prendre l'avantage à l'heure de jeu par Zozulya (61ème; 1-0), puis ils ont agrandit l'écart grâce à un penalty litigieux de Yarmolenko après une faute de Koscielny (81ème; 2-0). De son côté, la France a multiplié les frappes trop molles et a laissée trop d'espace derrière. La seule grosse occasion fut celle de Nasri, juste après l'ouverture du score ukrainienne, mais qui a filée tranquillement dans les gants de Pyatov (64ème). Au final, la France qui s'avançait comme favorite avec la certitude d'être supérieure à son adversaire, s'est pris les pieds dans le tapis vert à cause d'un surplus de confiance et d'un manque d'envie de ses joueurs, tout en se retrouvant en face d'une équipe ukrainienne qui avait les crocs. Il faudra sortir un tout autre match et état d'esprit lors du barrage retour au Stade de France.

Les joueurs portugais en train de fêter leur victoire avec les supporters présents au stade (61 500 supporters environ).
Les joueurs portugais en train de fêter leur victoire avec les supporters présents au stade (61 500 supporters environ).
Portugal-Suède: 1-0
Envie, domination, émotion, intensité. Voila comment résumer la soirée portugaise de vendredi soir. Les joueurs et leur entraineur avaient prévenus: Ils jouerons pour gagner et livrerons deux matchs très sérieux. Et ils n'ont pas menti.

Chez eux pour ce premier match devant un public do Estadio da Luz prêt à supporter son équipe par tous les moyens, le Portugal à montrer de l'envie et a mis de l'intensité dans le match dès la première minute en se procurant une occasion. Il domine durant toute la première période, se créant une énorme occasion par Joao Moutinho qui tire à côté après avoir passé le gardien (6ème), mais se casse les dents sur un bloc suédois placé très bas et solide. Il s'expose même à quelques contres suédois, dont la frappe de Larsson, bien repoussée par Rui Patricio (20ème), et le coup franc de Kallstrom, qui frôle le poteau gauche du portier portugais (24ème). En seconde période, les joueurs portugais accentuent leur domination en acculant la Suède dans sa surface. Cette ultra-domination aurait pu rester stérile au vu de la maladresse portugaise dans la finition. Mais au fil des minutes, le bloc suédois se fissure petit à petit, et le Portugal, qui n'a jamais rien lâcher, finit par être récompensé en trouvant la faille par son homme providentiel, Cristiano Ronaldo, pourtant peu en vue jusque là mais important dans le collectif portugais. Sur un centre de Miguel Veloso, le joueur du Real plonge pour placer une tête croisée qui trompe Isaksson (82ème; 1-0). Le plus dur était fait et CR7 aurait même pu s'offrir un doublé quelques minutes plus tard si son autre tête n'avait pas fini sur la barre du portier suédois (85ème). Mais le résultat est là: Aucun but encaissé à domicile et au moins un but marqué avec au passage Cristiano qui prend l'avantage sur Zlatan dans le duel entre les deux joueurs. Il n'y a plus qu'à confirmer lors d'un match retour qui risque d'être ouvert, la Suède devant attaquer pour espérer se qualifier.

Tifo déployé par les supporters portugais lors des hymnes nationaux, symbole du soutient apporté à leur pays.
Tifo déployé par les supporters portugais lors des hymnes nationaux, symbole du soutient apporté à leur pays.
Sur les deux matchs, on retiendra deux grosses ambiances, que ce soit à Kiev ou à Lisbonne, où certains supporters ont déployé des tifos impressionnants. Pour les matchs retour, la France devra montrer une plus grande motivation sur le terrain face à des ukrainiens qui ne pourront surement pas répéter la partition de vendredi, tant cela a du les user physiquement. De même, il faudra une attaque de feu pour pouvoir mettre les trois buts qui enverrai les bleus au Brésil, face à une équipe qui n'a pas encaissé plus de deux buts depuis plus d'un an. Pour le Portugal, il faudra être solide mentalement et physiquement face à une équipe de Suède qui jouera le tout pour le tout sur son terrain. Elle attaquera surement plus que vendredi mais devrait donc laisser plus d'espace aux portugais derrière qui pourrait en profiter pour marquer au moins un but. Cela obligerait la Suède à se découvrir un maximum car elle devra alors marquer trois buts pour aller au Brésil. Ces deux matchs promettent donc d'être serrés, et espérons le, prolifiques en buts. Reste à voir ce que cela va donner mardi soir.



Mots clés : CM2014, EdF, Portugal

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Réagir à cet article