jeunesfooteux

Rédigé par Miary Mahasoro le Mardi 18 Novembre 2014 à 15:04

Equipe de France : De 2013 à 2014, la métamorphose


Ce soir, l’équipe de France défiera la Suède au Stade Vélodrome. Une occasion pour faire le point sur l’ascension des Bleus, 1 an quasiment jour pour jour après son exploit face à l’Ukraine.



Equipe de France : De 2013 à 2014, la métamorphose
Une soirée magique. Un come-back retentissant. Le 19 novembre 2013, l’équipe de France se qualifiait pour la Coupe du Monde. Un an plus tard, les Bleus ont redoré leur blason pour revenir au niveau des meilleures équipes européennes. Retour sur une année mouvementée, mais qui a permis une ascension fulgurante pour les français.

La jeunesse au pouvoir

 
L’ascension de l’équipe de France, c’est d’abord la réussite de Didier Deschamps. Deschamps aura réussi ce que Laurent Blanc n’aura jamais réussi à instaurer : une jeunesse qui donne un second souffle à une équipe en perte de vitesse. Cette jeunesse est parfaitement incarnée par 3 joueurs : Raphaël Varane, Paul Pogba et Antoine Griezmann. Commençant par le madrilène, sûrement le plus impressionnant. Varane respire la sérénité. Il joue comme un joueur de 32 ans alors qu’il n’en a que 21 ! Même barré en club par la doublette Pepe-Ramos, le jeune français répond toujours présent lorsqu’on fait appel à lui, que ce soit en club ou en sélection. Même s’il n’est pas toujours titulaire au Real Madrid, Didier Deschamps lui accorde une énorme confiance, ce qui se ressent par ses prestations toujours plus impressionnantes. Le vrai patron de l’équipe de France, c’est peut-être lui, en témoigne le port du brassard de capitaine face à l’Arménie. Capitaine de sa sélection à seulement 21 ans, l’avenir doré de Varane est déjà tout tracé. Et Varane trouve sûrement en Didier Deschamps le parfait mentor, lui qui a été capitaine de l’Olympique de Marseille à seulement 20 ans ! Autre joueur au talent incommensurable : Paul Pogba. Pogba est l’archétype du milieu de terrain moderne. Rapide, puissant, bon dribbleur, capable de se sortir de situations difficiles, joueur « box-to-box », doté d’une énorme technique et d’une frappe de balle monstrueuse, « La Pioche » a les qualités certaines pour devenir un futur Ballon d’Or. Après son départ de Manchester United pour la Juventus de Turin, Paul Pogba a connu une ascension fulgurante, ascension qui l’a propulsé en membre indiscutable de l’équipe de France. A seulement 21 ans, Pogba possède déjà des statistiques impressionnantes en équipe de France avec déjà 21 sélections pour 5 buts marqués. Sa capacité à conserver le ballon, à distribuer des caviars et à débloquer des situations font de lui le véritable patron du milieu français. Il doit cependant encore progresser, notamment au niveau de la concentration, certaines de ces pertes de balles étant dangereuses pour l’équipe, et il montre quelques fois une certaine suffisance qu’il doit encore gommer. Mais à 21 ans, Pogba est encore une magnifique machine à façonner. Dernier joueur marquant de cette génération dorée, Antoine Griezmann. Lui est arrivé sur le tard, n’étant pas de la liste lors de la double confrontation face à l’Ukraine. « Grizi » a réellement explosé l’an dernier avec la Real Sociedad avec 20 buts en 50 matchs. Cette explosion lui a permis de faire le grand saut en Bleu. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Griezmann a su saisir sa chance ! Il a déjà trouvé 5 fois le chemin des filets en seulement 13 sélections. Son impact dans les matchs se fait ressentir, surtout dans un rôle de joker, lui qui a inscrit tous ses buts alors qu’il était remplaçant au début de la rencontre. Inconnu pour la grande partie du public français, il est devenu la nouvelle coqueluche des Bleus, par sa générosité, ses fulgurances et ses beaux yeux bleus. L’ascension de ces trois prodiges a coïncidé avec la naissance d’un groupe talentueux et uni. Ce groupe désormais rodé a laissé quelques joueurs marquants sur la touche. 

Equipe de France : De 2013 à 2014, la métamorphose

La naissance d’un groupe

 
La renaissance de l’équipe de France, c’est aussi la naissance d’un groupe. Valbuena, Lloris, Sissoko, Debuchy, Sakho, Matuidi, Benzema, Rémy ou encore Cabaye, tous ces joueurs étaient présent lors de la soirée magique de l’an dernier au Stade de France. Une constance forte façonnée par Didier Deschamps, et qui a permis à chacun de trouver son rôle. Dans son 4-3-3, le sélectionneur peut évoluer de façon offensive, avec notamment Valbuena et Griezmann dans les ailes, ou alors muscler son milieu en faisant entrer Moussa Sissoko, ou bien gagné en rapidité avec Loïc Rémy. Ce groupe de Deschamps, c’est l’avènement d’une équipe où tout le monde aura sa chance, et ce selon le type d’adversaire rencontré. Ce train dans lequel il fallait monter au bon moment, certains l’on raté. Alexandre Lacazette, Rio Mavuba, Maxime Gonalons, Dimitri Payet. Tous ces joueurs devront faire monts et merveille pour intégrer de façon durable le groupe France solide et rodé depuis 1 an. Ainsi certains ont préféré totalement lâché le train comme Franck Ribéry ou Samir Nasri. C’est le 6 juin 2014 que le destin de Ribéry en Bleu bascule. Victime d’une lombalgie, le stratège munichois est contraint de déclarer forfait à moins d’un mois du début du Mondial. Un coup dur pour la France qui perd son meilleur joueur, lui qui a fini 3ème au classement du Ballon d’Or derrière les indéboulonnables Messi et Ronaldo. Mais cette absence va au contraire révéler un groupe. On peut bien sûr parler de l’explosion d’Antoine Griezmann, mais c’est tout un groupe qui a compensé cette absence. Sans lui, la France va proposer un jeu séduisant et s’incliner de justesse face aux futurs Champions du Monde Allemands. Ribéry sent alors que le groupe France sera difficile à réintégrer, d’autant que ça blessure traîne en longueur. Il déclare alors le 13 août qu’il tire un trait sur sa carrière en Bleu pour se concentrer sur son club. Un coup de tonnerre pour celui qui a porté l’équipe de France pendant tant d’années et qui n’a pas résisté à la montée du groupe Bleu. Autre renégat français, Samir Nasri. La soirée du 19 novembre aura été magique pour tous les français, sauf pour un. Samir Nasri, victime désignée de la débâcle du match aller en Ukraine, assiste sur la banc à la « remontada » française. Ça sera sa dernière apparition en Bleu. Lui a connu des problèmes internes, refusant catégoriquement d’être sur le banc des remplaçants. Une attitude qui a irrité joueurs, staff et coach. Il n’a donc logiquement pas été retenu pour la Coupe du Monde. Ainsi le 10 août, 3 jours avant Ribéry, Nasri annonce aussi la fin de sa carrière internationale à seulement 27 ans ! La différence est que Nasri a renoncé à l’équipe de France mais les Bleus eux avaient déjà renoncé à Nasri depuis un certain temps. L’annonce des retraites internationales des deux joueurs n’ont que très peu affecté le groupe France. Il l’a même au contraire renforcé, en témoigne son bilan de 3 victoires et 2 nuls depuis les annonces des deux renégats, avec notamment des succès marquants contre l’Espagne et le Portugal. L’Equipe de France redore peu à peu son blason. En perte de vitesse constante après la Coupe du Monde 2010, les Bleus, sous la houlette du maestro Didier Deschamps, ont insufflé un souffle nouveau marqué par l’émergence d’un groupe et d’une jeunesse dorée. Par bien des aspects cette nuit du 19 novembre 2013 aura été marquante. Espérons que les Bleus continuent cette magnifique ascension, avec en point d’orgue l’Euro 2016 à domicile. Une occasion peut-être de vivre d’autres soirées magiques. 



Mots clés : EdF

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Réagir à cet article