jeunesfooteux
Rédigé par Kevin BLONDIN le Mardi 23 Avril 2013 à 20:22

Guardiola: à la croisée des chemins


Parmi les millions de supporters et spectateurs qui vibreront devant le choc titanesque de ce soir, il y en aura un pour qui ce match aura une saveur toute particulière: Pep Guardiola. Catalan convaincu et mentor des Blaugranas de 2008 à 2012, ce dernier noircira les pages de ses petits carnets en Bavière à partir de juillet, au Bayern de Munich. Autant dire que le match de ce soir représentera une vraie transition pour lui, et son travail la saison prochaine se basera probablement en partie sur les leçons tirées de cette double confrontation …



Guardiola: à la croisée des chemins
Vrai dilemme ? Le 12 avril dernier Ruud Van Nistelrooy l'ex-goleador hollandais a eu la main particulièrement lourde pour le F.C. Barça en lui proposant le F.C. Bayern pour les demies finales de la Ligue des Champions. L'inverse est vraie aussi. Il a offert une "finale avant l'heure" à l'Europe, et deux drôles de soirées en perspectives à Pep Guardiola. Annoncé depuis plusieurs mois déjà du côté de l'Allianz Arena l'an prochain, Guardiola aurait surement aimé ne pas voir se rencontrer ces deux équipes cette année sur la scène européenne. Le sort en a voulu autrement. En début d'après-midi à NYC, là où il passe son année sabbatique et prend ses premiers cours d'allemand, le "Mister" au cinq trophées en un an (2008-2009) devrait avoir un oeil particulièrement attentif pour ce qui sera LE match de la saison pour lui (avec le retour dans deux semaines au Camp Nou, por supuesto …). D'un côté il est l'architecte de l'une des plus grandes équipes de l'histoire, le penseur de ce casse-tête presque irrésolvable qui a rendu fou tellement de défenses et d'entraîneurs. Il avait d'ailleurs balayé l'ennemi munichois en C1 lors de sa première saison à la tête du club culé: 4-0 à la maison, 1-1 en Allemagne. Son héritage est encore plus que présent à Barcelone, sur la pelouse d'abord avec un effectif presque inchangé, et sur le banc ensuite avec un Tito Vilanova fidèle parmi les fidèle du "Philosophe". En face, c'est son futur, son prochain défi. Une machine redoutablement bien huilée et qui bat, semaines après semaines, les records domestiques d'une Bundesliga qui ne peut lui résister. En effet ce Bayern là, finaliste malheureux l'an dernier dans sa propre enceinte, est tout simplement irrésistible sur la scène nationale. Champion à six journées de la fin (encore un record) avec une seule petite défaite en 30 journées, l'équipe de Jupp Heynckes inspire la crainte. Et le respect. En lice pour un fabuleux triplé, les coéquipiers de Lahm et Schweinsteiger ne comptent pas attendre l'arrivée du prince Guardiola pour écrire leur nom au palmarès d'une Ligue des Champions que le club n'a plus levé depuis 2001 (remember Lizarazu-Sagnol). Puissance offensive et orgueil sur le banc Bien que le Bayern soit une équipe équilibrée avec énormément de talent à toutes les lignes, c'est surtout son attaque qui impressionne. Les coéquipiers de Ribéry ont inscrit 89 buts en 30 journées de Bundesliga et comptent dans leur rangs des attaquants tels que Mario Mandžukic, Mario Gomez, Thomas Müller ou encore Arjen Robben… C'est dire si les munichois font peur. Ils ont inscrit 12 buts lors de leur deux dernières sorties: 6-1 6-1, jeu, set et match! Mais c'est aussi du côté de leur banc qu'il faudra chercher une autre arme: l'orgueil de leur entraîneur! Celui-ci n'a en effet pas apprécié d'être mis à la retraite par les dirigeants bavarois qui ont annoncé que ce dernier arrêterait l'an prochain. Jupp Heynckes ne l'entend pas de cette oreille. Il a surement été affecté par la nomination, au cours d'une saison lancée sur les chapeaux de roues, de son successeur au sein du club aux quatre ligues des champions. Et il n'entend pas laisser à Guardiola le luxe d'un club à la recherche de titres, mais plutôt l'héritage lourd à porter d'un fabuleux triplé! Autre "détail" qui n'en est pas un pour l'allemand de 67ans, le fait que dès le tirage effectué, il s'est vu à mainte reprises questionné sur le fait de s'il allait ou non faire appel à l'aide de Guardiola pour avoir des informations sur son futur adversaire, le Barça. Il a du s'emporter pour affirmer que cela était un manque de respect pour lui et son travail et qu'il connaissait le Barça comme sa poche … Pour l'amour du Barça Si ce match représente un évènement tout particulier pour Pep Guardiola en revanche il ne sera probablement pas compliqué pour l'ancien meneur de jeu de faire un choix. On peut être à peu près sûr qu'il supportera la bande à Messi, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord le lien affectif avec ce club: il y a passé onze années en tant que joueurs avant de s'installer quatre saisons durant sur le banc du 'més que un club' y remportant notamment neuf ligas et trois ligues des champions. Il aime le Barça. Il est le Barça. Son amour pour ce club, pour cette région ne sera jamais remit en cause par une quelconque période dans un autre club. Son histoire et celle du club catalan sont intimement liées. De plus il serait étonnant qu'il souhaite que le Bayern soulève la Coupe aux Grandes Oreilles dès cette saison. En effet son arrivée serait alors presque dénuée de sens lui qui a été recruté justement pour ramener le club sur le toît de l'Europe. En signant au Bayern, Pep Guardiola se lance un immense défi: celui de prouver que ses qualités peuvent s'exporter et que le succès peut être à la clé. C'est un pari risqué, mais le seul qui pourrait le faire écrire son nom parmi les plus grands entraîneurs de l'histoire. Voir le Bayern Munich réalisé le triplé dès cette année rendrait ce défi encore plus dur dans le sens où il ne pourrait pas faire mieux et ne pourrait qu'égaler une saison exceptionnelle avec ses nouveaux protégés. Nul doute que pour lui ce soir le choix sera vite fait et que raisonnera dans sa tête la petite chanson: Barça, Barça, Barça!




Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Réagir à cet article




Mercato Foot sur livefoot.fr foot live