jeunesfooteux

Rédigé par Florian Crosnier le Lundi 24 Mars 2014 à 19:06

Juvisy : Objectif Champion's League


Actuellement 3e de D1 Féminine, le club de Juvisy voit les choses en grand, et souhaite se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions, qui leur a échappé cette saison.



Juvisy : Objectif Champion's League
Avec 6 titres de championne de France, plus une coupe de France à son actif, le Football Club Féminin de Juvisy est le deuxième club le plus titré de France. C'est d'ailleurs le dernier club à avoir remporté la D1 féminine avant la prédominance de l'Olympique Lyonnais, lors de la saison 2005/2006. Nul doute que ce club a de l'ambition. Demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions, Juvisy ne s'est pas qualifié pour l'édition de cette saison, et compte bien rattraper cette erreur.

Source : http://www.statsfootofeminin.fr/d1.php
Source : http://www.statsfootofeminin.fr/d1.php
(Rappel, 1 victoire = 4 points, 1 nul = 2points, et 1 défaite = 1 point)

A seulement 5 points du deuxième (le PSG), et un match en moins (match à rejouer face à l'ASSE), Juvisy possède toutes les armes pour aller chercher cette deuxième place, synonyme de coupe d'Europe. En effet, l'équipe de Pascal Gouzenes a du talent, et n'a rien à envier à personne. Entre joueuses de rang international (Gaëtane Thiney, Janice Cayman, Sandrine Soubayrand, Céline Deville, Sandrine Dusang), joueuses régulièrement appelées en sélection (Camille Catala, Melissa Gomes, Sandrine Brétigny, Julie Soyer, Aissatou Tounkara, pour ne citer qu'elles), et autres talents plus ou moins jeunes (Anaïg Butel, Nadia Benmokhtar, Inès Jaurena ), le FCF Juvisy possède une armada plus qu'honorable. Et les résultats parlent d'eux-même puisque le club essonnien a gagné 14 matchs pour seulement 3 défaites (dont 2 face à l'OL). Les joueuses sont même allées gagner sur la pelouse du Stade Charléty face à leur concurrent direct : le PSG (0-1, but de Brétigny à la 38e), c'est la preuve même qu'il ne faut pas les sous-estimer.

De plus Juvisy dispose d'une arme fatale, appelée Gaëtane Thiney. Meilleure buteuse du championnat avec 19 buts en D1 (en seulement 18 matchs), et titulaire indiscutable en Équipe de France, l'attaquante est un atout majeur à cette équipe. Elle l'a encore démontrée il y a 7 jours face au VGA Saint-Maur, en faisant expulser la gardienne adverse, mais aussi par un jeu rapide vers l'avant, et ses multiples appels de balles qui offraient des solutions à ses coéquipières. Ce n'est pas pour rien qu'elle est en tête des sondages pour "la meilleure joueuse de D1". 
Gaëtane Thiney en tête du challenge de la meilleure joueuse 2013/2014 au bout de 14 journées de championnat
Gaëtane Thiney en tête du challenge de la meilleure joueuse 2013/2014 au bout de 14 journées de championnat

Mais le club francilien peut aussi compter sur le reste de son effectif. En effet, lorsque Thiney n'est pas là, c'est Camille Catala qui fait le boulot. La jeune française (22ans) fait sa place malgré la concurrence, et en est tout de même à 7 buts en championnat. C'est autant que sa coéquipière, Sandrine Brétigny. Cette dernière n'a plus la "fougue de jeunesse" comme Catala certes, mais elle a l'expérience, puisqu'elle a passé pas moins de 12 ans à l'Olympique Lyonnais, et son palmarès est rempli : 6 championnats (2007-2008-2009-2010-2011-2012), 4 coupes de France (2003-2004-2008-2012), 2 Champion's League (2011-2012), et 2 titres de meilleure buteuse de D1 (2002/2003 avec 26 buts, et 2006/2007 avec 42 buts). Rien que ça.
Mais hormis l'attaque, Pascal Gouzenes peut compter sur Sandrine Soubeyrand pour le milieu de terrain. La française, bien qu'elle ait bientôt 40 ans, n'a pas l'air de vouloir raccrocher les crampons, et fait un gros travail au niveau de la récupération. Quand à Janice Cayman, elle apporte énormément de rapidité sur les côtés, ce qui permet de prendre aisément les défenses adverses de vitesse. Il n'y a aucune exagération dans le fait de dire qu'elle a une accélération hors-norme, puisque lors d'un match amical disputé récemment face à Issy-les-Moulinaux ( à Plessis-Pâté pour l'inauguration du nouveau terrain, le 8 Mars dernier), Cayman avait environ 10 mètres de retards sur son adversaire, mais elle a réussi à passer devant elle, et à prendre la passe en profondeur qui lui était destinée.
Au niveau de la défense, rien à dire, que ce soit Sandrine Dusang, Julie Soyer, ou bien Nadia Benmokhtar, c'est du solide derrière. La plus étonnante derrière, c'est Anaïg Butel. Dotée d'un petit gabarit (1m67, 51kg), sa place ne semblait pas être en défense centrale. Et pourtant, c'est bel et bien le cas. Le pire (plutôt le meilleur) dans tout cela, c'est que le travail elle le fait à merveille ! Elle possède une intelligence sur le terrain et un très bon jeu balle au pied, associée à une belle protection de balle, ce qui lui permet de couper les trajectoires et de relancer proprement pendant que sa coéquipière de défense centrale se charge des aspect plutôt physique du poste.
Pour ce qui est de la gardienne, Céline Deville, les arrêts qu'elle a à faire, elle les fait bien. Même sans être inquiétée pendant tout un match, elle sait  se montrer cruciale lors des rares occasions adverses, laissant sa cage inviolée. Ce n'est pas la gardienne numéro 2 de l'équipe de France pour rien.
 

 
L'équipe de Juvisy a de la qualité, c'est indéniable. Elles l'ont prouvé tout au long de la saison, et notamment lors de cette victoire à Charléty face aux parisiennes. Il ne reste plus qu'à attendre le match retour le 25 Mai prochain. Les essonniennes ont leur destin entre leur main, reste à voir si elles rempliront ou non leur objectif : retourner en Ligue des Champions.



Mots clés : Juvisy

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Réagir à cet article