jeunesfooteux
Rédigé par Yohann Petit le Jeudi 9 Octobre 2014 à 16:46

Laissez-les arbitrer !


Combien de fois entend-on chaque week-end qu’un match a été influencé par une erreur d’arbitrage de la part de spécialistes ou d’amateurs de football comme vous et moi ? Quand cette vaste fumisterie va-t-elle cesser pour parler en toute objectivité de football ?



Le fait de remettre en cause l’arbitrage au cours d’un match perdu par son équipe peut-être une très bonne stratégie de communication de la part d’un entraineur, d’un joueur ou même d’un dirigeant de club pour se retirer de la pression et pour parler d’autre chose que de leurs vrais problèmes. Mais cela n’est acceptable que de la part de personnes qui se doivent d’être subjectifs dans le but de mener une communication externe parfaite.
Eux l’ont compris depuis bien longtemps, et pendant qu’ils travaillent dans le but de résoudre les vrais problèmes de leur club (enfin il faut l’espérer), le grand public et quelques spécialistes football prennent leurs propos estampillés « communication » pour argent comptant et se servent ainsi de l’arbitre comme souffre douleur pour expliquer tous les maux alors que celui-ci ne fait que son travail.

Tout d’abord, un arbitre est un homme, par conséquent, il est donc normal qu’il fasse des erreurs comme peuvent en faire les joueurs, les entraineurs, les préparateurs, les dirigeants, les spécialistes... Chaque week-end, dans chaque match, il y a un arbitre qui ne perçoit pas une faute ou une autre, un joueur qui fait une mauvaise passe, un entraineur qui ne fait pas un changement au bon moment…

L’arbitrage laisse une grande place à l’interprétation, donc pourquoi toujours remettre en cause les décisions que l’homme en noir prend et ne pas essayer, au contraire, de se dire que chacun peut avoir des interprétations différentes pour juger une action ? Une action peut s’interpréter de plusieurs manières et donc amener chacun à prendre des décisions plus ou moins proches selon les situations.

L’arbitre dispose, à peine, d’une seconde avant de pouvoir prendre une décision et de siffler. Il a une position qui ne lui permet pas de voir tout le terrain et d’avoir du recul comme à la TV ou dans le stade, n’est pas assis tranquillement en sirotant un verre mais en train de fournir un effort physique et ne dispose pas de huit ralentis et de vingt caméras pour voir si ses décisions sont les moins mauvaises ou pas.

Faire des articles pour contester des décisions arbitrales, insulter ou siffler le corps arbitral au stade quand il prend des décisions contraires à l’équipe supportée, c’est contribuer à mettre une pression supplémentaire à ses hommes et donc à ce qu’ils fassent des erreurs supplémentaires par rapport à ce qu’ils sont obligés de faire en temps normal. La pression des deux clubs qui s’affrontent leur suffit amplement.

La mise en avant de l’arbitrage pour expliquer le mauvais match d’une équipe par les personnes externes aux clubs, c’est manquer d’objectivité et donc passer à côté du match, des qualités et des défauts montrées par les équipes et leurs individualités et donc (on y revient), tomber dans le piège de ce que veulent les clubs pour ne pas être remis en question en mettant en avant un bouc émissaire externe et travailler plus tranquillement.

En conclusion, le mieux serait de laisser travailler les arbitres sans leur mettre de pression supplémentaire que celle inhérente à leur fonction car moins l’arbitre sera un sujet de discussion dans les médias et dans le bar du coin, plus il sera respecté sur le terrain et en dehors et plus il pourra prendre le plus sereinement possible les décisions les moins mauvaises face à une situation. A bon entendeur...



Notez





Mercato Foot sur livefoot.fr foot live