jeunesfooteux
Facebook
Twitter
Google+
YouTube Channel
Rss
Newsletter
   

Mesut Özil : Le retour fracassant


Rédigé par Miary Mahasoro le Samedi 7 Novembre 2015 à 20:49

Discret voire fantomatique lors de ses deux premières saisons avec Arsenal, Mesut Özil semble avoir trouver son rythme de croisière. Décryptage de la renaissance du génie allemand.



12 buts et 23 passes décisives en en 72 matchs. C'est le total assez famélique de Mest Özil lors de ses deux premières saisons avec Arsenal, lui qui a distribué 24 caviars et inscrits 10 buts au cours de la seule saison 2012-2013 ! Mesut Özil ne trouvait pas son rythme en Angleterre. Il n'arrivait pas à suivre la cadence effrénée des matchs anglais. Lui qui était systématiquement remplacé à l'heure de jeu du côté de Madrid jouait en moyenne 85 minutes avec les Gunners. Comme si ça ne suffisait pas, le génie allemand a dû passer les fêtes de fin d'année sur les pelouses de Premier League, lors du traditionnel Boxing Day anglais. Il compile ainsi 7 buts et 14 passes décisives lors de sa première saison. Une première saison que l'on qualifiera de saison d'adaptation. Oui mais voilà, la seconde saison du milieu allemand est encore plus décevante. 9 assists et 5 buts en 32 matchs. Au-delà des statistiques, c'est le manque d'impact dans sur le jeu des Gunners qui est criant. Milieu offensif de métier, il est souvent utilisé sur l'aile droite par Arsène Wenger. Une décision aussi étrange que controversée quand on voit les difficultés de Mesut Özil à peser sur le jeu et à tenir le rythme du match pendant 90 minutes. Lors de cette deuxième saison, Özil a également manqué 3 mois de compétition à cause d'une blessure au genou. Paradoxalement, c'est peut-être cette blessure qui a relancé la machine allemande.


Un rôle enfin trouvé

 

Si, après 3 mois de compétition, Özil a mis un peu de temps à retrouver la plénitude de ses capacités, on a senti que le génie allemand avait changé. Arsène Wenger le confirme, Mesut Özil a beaucoup travaillé physiquement pour pouvoir tenir le rythme anglais. Ainsi, même s'il peinait toujours à poser sa patte sur le jeu d'Arsenal, son volume de jeu s'est beaucoup élargi. De plus, en fin de saison dernière, Arsène Wenger procède à un changement tactique qui va tout changer pour Özil : Santi Cazorla est repositionné aux côtés de Francis Coquelin devant la défense. Özil retrouve ainsi son poste naturel de milieu offensif. Un repositionnement qui va s'avérer décisif. Si statistiquement il ne se montre toujours pas à la hauteur, Özil trouve un nouveau rôle, celui de créateur d'espace. Positionné en tant que meneur de jeu, on voit le génie allemand effectuer énormément de courses sans le ballon. Ainsi, il est toujours en mouvement et crée de nombreuses brèches pour ses coéquipiers. Que ce soit par des décrochages ou des courses en profondeurs, les espaces laissé par Özil profite directement à ses attaquants. Il effectue également plus de travail défensif. Il n'est désormais plus rare de voir Özil redescendre jusqu'à sa surface de réparation. Une mise au service au collectif qui s'avère de plus en plus payante et qui porte ses fruits en ce début de saison. L'international allemand est retrouvé avec déjà 9 passes décisives en 15 matchs. Surtout, il a enfin posé sa patte sur le jeu des Gunners. Hyper influent, tous les ballons passent par le stratège allemand. Passes courtes, appels pour libérer ses coéquipiers, passes dans le dos de la défense, mais aussi repli défensif, le génie des Gunners est omniprésent. De plus, il est enfin très présent dans les grands rendez-vous. On a notamment en tête le récital des Gunners face à Manchester United en octobre dernier, où l'allemand à réciter une partition quasi parfaite. Même lors du marasme d'Arsenal en Bavière il fut l'un des seuls joueurs à surnager. Avec Alexis Sanchez, il forme un duo très complémentaire, les deux stars se trouvant très facilement sur le terrain. Un physique enfin digne de la Premier League, une confiance retrouvée, et revoilà Mesut Özil. Arsenal aura besoin de son stratège pour retrouver son (très) lointain prestige. Et si cette saison était celle de Mesut Özil ? L'avenir nous montrera la fiabilité de la « Deutsche Qualität »











Mercato Foot sur livefoot.fr foot live