Menu
Jeunesfooteux
6 Décembre 2022 14:05 - écrit par

Coupe du monde 2022 : ces sélectionneurs qui ont perdu gros


Suite à l'élimination de leur Équipe nationale, certains sélectionneurs démissionnent de leur poste. Une double peine pour ces entraineurs nationaux.


Des éliminations à conséquences

Otto Addo, Roberto Martinez, Tata Martino et Paulo Bento, c'est quatre sélectionneurs d'équipe nationale ont un point commun : la démission après l'élimination. 

Qualifiés pour participer à la coupe du monde, le Ghana, la Belgique et le Mexique sont tombés sur plus fort qu'eux au premier tour de la compétition. Le groupe C, composé de l'Argentine, de la Pologne et de l'Arabie saoudite, n'a pas laissé de chance à Tata Martino et le Mexique. Gagnant qu'un seul match contre l'Arabie Saoudite et un match nul contre la Pologne, les quatre points n'ont pas suffi au Mexique pour se qualifier en huitièmes de finale, malgré quelques frayeurs de l'Argentine sur son premier match.

C'est le même scénario pour Roberto Martinez et la Belgique. Finissant troisième de leur groupe, les diables rouges se voient éliminés de la complétion au premier tour. 

Malgré de forts accrochages avec de grandes équipes comme l'Uruguay, le Portugal et la Corée du Sud, le Ghana finit dernier de son groupe de la "mort". Un score étonnant contre le Portugal qui s'est laissé surprendre par les étoiles noires en remontant le score à 3-2. Même score mais en faveur du Ghana contre la Corée du Sud, les Ghanéens remportent le match grâce à un doublé de Mohammed Kudus.

Un schéma différent pour la Corée du Sud qui termine 2e deuxième du groupe H sur une différence de buts avec l'Uruguay. C'est lors des huitièmes de finale contre le Brésil que la Corée est éliminée perdant 4 buts à 1. Les Brésiliens n'ont pas ménagé les Coréens.

Ces équipes nationales ont vu, juste après leur élimination, leur sélectionneur démissionner de leur poste. C'est donc de nouveaux changements qu'attendent ces équipes 

 

Des sélectionneurs en fin de contrat

"Mon contrat s'est terminé quand l'arbitre a sifflé la fin". Gerardo "Tata" Martino est forcément déçu de son sort mais il n'est pas surpris. Son contrat devait se terminer fin décembre mais il a pris lui-même la décision d'en finir avec le Mexique. Ses résultats n'ont pas convaincu, il a même été critiqué avant la coupe du monde en raison de ses choix de sélections. "Sortir ainsi n'était plus arrivé depuis sept coupes du monde..." . Une démission qui n'a pas de conséquences puisqu'il était en fin de contrat. 

Un cas similaire avec Roberto Martinez puisque lui aussi son contrat se terminait le 31 décembre mais avec une année supplémentaire en cas de qualification en huitième. "C'était mon dernier match, je dis au revoir à l'Équipe nationale" a-t-il annoncé moins d'une heure après l'élimination de la Belgique. Cette démission de Roberto Martinez n'est pas une si mauvaise idée pour les supporteurs belges "Il y a bien longtemps que je l'aurais foutu dehors, et puis les résultats ne sont pas terribles" avant d'ajouter "J'espère qu'ils trouveront meilleur que lui, mais ça ne sera pas compliqué". Sans rancune entre Roberto Martinez et les supporteurs des diables rouges.


Tout comme les cas précédents, Otto Addo était déjà lui aussi en fin de contrat. Déjà remplacé par la direction du Ghana, c'est naturellement qu'il à donné sa démission après l'élimination en phase de poules du Ghana.

La nouvelle est tombée hier soir face à la défaite de la Corée du Sud face au Brésil. Paulo Bento avait déjà prévu de quitter son poste après la coupe du monde. "Je viens de l'annoncer aux joueurs et au président, c'était une décision prise en septembre". 

C'est donc des décisions prises sur l'élimination de leur équipe mais anticipées pour ces quatre sélectionneurs, qui ont décidé de souffler avant de se projeter sur l'avenir, "Maintenant, je vais me reposer et voir ce qui se passera ensuite" affirme Paulo Bento.