Menu
Jeunesfooteux
jeunesfooteux

Droits TV : furieux du choix d'Amazon, Canal+ claque la porte - La Ligue 1 en danger !


Suite au choix de la LFP de céder une grande partie des droits TV de la Ligue 1 à Amazon pour une bouchée pain, le groupe Canal+ a décidé de se retirer et donc de lâcher son lot payé 332 millions d'euros.

12 Juin 2021 09:40 - écrit par Rédaction JF


Canal+ estime avoir été humilié par la LFP

Décidément ce long feuilleton des droits TV va de rebondissement en rebondissement. Vendredi, le Conseil d’Administration de la LFP a décidé d’octroyer au groupe Amazon les droits des lots des deux consultations Ligue 1 Uber Eats et Ligue 2 BKT lancées par la LFP le 19 janvier dernier, et qui avaient été déclarées infructueuses. Ces lots incluent notamment 304 matchs de Ligue 1 Uber Eats, dont les dix meilleures affiches, et 304 matchs de Ligue 2 BKT, par saison, pour les trois saisons à venir (2021/2022, 2022/2023 et 2023/2024).

Une décision qui a provoqué la colère du groupe Canal+, qui a décidé de se retirer de la L1. Il renonce au lot sous licencié à BeIn Sports. Pour Canal+, il était hors de question de payer plus qu'Amazon pour avoir moins de matchs que le groupe américain. En effet, le lot laissé à Canal+ ne comporte que deux matchs par journée quand celui d'Amazon en compte huit dont le meilleur du dimanche soir.

Diffuseur historique de la Ligue 1, Canal+ estime donc encore avoir été humilié par la LFP après 2018 et l'obtention des droits TV par Mediapro a un prix totalement déraisonnable. 

Un retrait de Canal+ qui risque de couter très cher à la Ligue de Football Professionnel, et surtout d'engendrer un monstrueux manque à gagner pour les clubs de Ligue 1. En effet, Amazon a décroché 80% des droits TV pour seulement 250 millions d'euros, et ne mettra probablement pas, ou peu, la main à la poche pour racheter le lot laissé libre par Canal+. La Ligue pourrait donc se retrouver avec des droits TV trois fois inférieur que ce qu'avait mis Mediapro sur la table en 2018. Une situation qui serait donc catastrophique pour les clubs de Ligue 1.