Menu

FC Metz : Frédéric Antonetti remballe Mattéo Guendouzi !


Lundi 8 Novembre 2021 14:40 - écrit par Rédaction JF



OM - FC Metz : Antonetti détruit Guendouzi.
Etrange rencontre du côté du Stade Vélodrome ce dimanche, où l'OM et le FC Metz auront finalement partagé le point du match nul (0-0). Pourtant réduits à dix après l'expulsion de Jemerson peu avant l'heure de jeu, les Grenats de Frédéric Antonetti pourront au final nourrir des regrets de ne pas l'avoir emporté tant ils auront été maladroits dans le dernier geste sur leurs nombreuses situations acquises en contre-attaque, surtout en deuxième mi-temps, face à l'Olympique de Marseille, emmené par Mattéo Guendouzi et Dimitri Payet.

Mais cela n'a pas empêché Mattéo Guendouzi, frustré que l'OM ne soit pas parvenu à faire la différence en supériorité numérique face à l'actuelle lanterne rouge de Ligue 1, de tenir des propos assez déplacés envers le FC Metz : "C'est triste pour notre championnat de voir des équipes qui refusent de jouer au foot et qui restent tout le temps par terre".

Ce qui n'a pas du tout plu à l'entraîneur messin Frédéric Antonetti, qui l'a clairement fait savoir, en répondant au milieu de terrain de l'OM, en conférence de presse à l'issue de la rencontre : "Je veux absolument revenir sur quelques chose car tout le monde rouspète sur le dernier quart d'heure haché, comme si ce match n'avait duré que 15 minutes. Quelqu'un en particulier (ndlr : Mattéo Guendouzi) a eu des remarques désobligeantes. Udol rentre, il se blesse. Pajot rentre, il se blesse aussi. Deux remplaçants qui entrent et qui se blessent. On fait deux changements. Il faut arrêter, je peux comprendre la déception des Marseillais car ils n'ont pas gagné contre le 19ème du championnat devant 60 000 spectateurs. Mais leur déception ne doit pas empêcher leur lucidité et leur clairovyance. On a eu des blessés, on a joué à dix contre onze, il y a eu neuf minutes de temps additionnel et ils n'ont pas su trouvé les solutions face à nous. L'énervement fait dire n'importe quoi parfois", a tempéré Frédéric Antonetti, après OM - FC Metz. Et il n'a pas tort...