Menu


L'Europe pour le RC Lens ? ne mettons pas la charrue avant les bœufs


Dimanche 1 Janvier 2023 11:44 - écrit par Rédaction JF



Ce dimanche, le RC Lens va affronter le PSG pour ce qui est le choc de la 17e journée de Ligue 1. Une rencontre entre les deux premiers du championnat qui se jouera dans un stade Bollaert encore une fois plein à craquer.

Bien sûr chez les Sang et Or on espère une victoire pour poursuivre cette belle série de 9 victoires à domicile depuis le début de saison, mais également pour conserver ce joli de matelas d'avance de 8 points sur le premier non européen. Et pourtant une qualification européenne n'est pas une priorité pour le board lensois.

Dans un entretien accordé à Lensois.com, le directeur général artésien, Arnaud Pouille, a fait le bilan de cette très belle première partie de saison du RC Lens, et n'a pas échappé à la question sur les ambitions lensoises pour la deuxième partie de saison.

"Je comprends. Mais on le dit souvent, une compétition c’est comment vous travaillez et comment les autres travaillent. On sait à l’heure actuelle qu’on est le 11e ou 12e club en termes de masse salariale et de ressources en Ligue 1. Prendre le plaisir de surperformer, et pourvu que ça dure, mais l’objectif reste de se stabiliser en Ligue 1. Se qualifier en Coupe d’Europe c’est une chose, ensuite, il y a la jouer. On n’est qu’à 16 matches sur 38. On doit simplement aller au bout de chaque saison sans avoir de regrets. Les exercices précédents, on a performé, connu des trous d’air mais on s’est battu jusqu’au bout. Là, on a pris un départ encore plus efficace. C’est logique d’y penser et d’y croire. Et ce serait logique d’être déçu.", a déclaré Arnaud Pouille.

Une qualification doit donc être la cerise sur le gâteau pour le RC Lens, mais ne doit en aucun cas obnubiler les hommes de Franck Haise. Un discours du dirigeant lensois un peu plus mesuré que celui de l'entraîneur artésien. 

Néanmoins la bande à Seko Fofana ne peut plus se cacher. Après une telle première partie de saison, une non qualification européenne serait vécue comme un échec.