Menu

24 Février 2020 11:56 - écrit par Rédaction JF

OL : Juninho recadre les supporters de Lyon !


Disposant d'un gros crédit auprès des supporters de l'Olympique Lyonnais, le directeur sportif de l'OL, Juninho, a tenté de calmer le jeu autour des attaques des fans de Lyon à l'encontre des joueurs, Jean-Michel Aulas et Rudi Garcia.




OL - Olympique Lyonnais : Juninho directeur sportif de Lyon
OL - Olympique Lyonnais : Juninho directeur sportif de Lyon
Septième de Ligue 1 après sa difficile victoire vendredi soir sur la pelouse du FC Metz (0-2), l'Olympique Lyonnais qui est encore en lice sur tous les tableaux, s'est repositionné dans la course à la Ligue des Champions. Malgré ça, les supporters de l'OL sont loin d'être satisfaits.

Dimanche, le groupe de supporters des Bad Gones a manifesté son mécontentement devant le Groupama Stadium et publié un communiqué visant notamment le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, ainsi que Rudi Garcia. 

Juninho tente de calmer les Bad Gones

Surpris et surtout agacé par l'attitude des Bad Gones, le directeur sportif de l'OL, Juninho, est sorti du silence afin de tenter de faire redescendre la pression. 

"On a une équipe très irrégulière, mais on n’a ni méchants ni voyous dans l’effectif. Ils ont 24, 25 ans en moyenne, n’ont pas gagné beaucoup de titres, et manquent un peu de la culture qui a existé à l’OL quand j’y ai joué (…) J’ai confiance en eux, ils sont responsables. On assume aussi que le choix de Rudi Garcia comme entraîneur n’était pas celui des supporters. Mais c’est le président, le comité de gestion, moi en tant que directeur sportif aussi, qui prenons les décisions (…) Les supporters réagissent avec passion, avec rage aussi comme sur les réseaux sociaux, car ils connaissent les salaires des joueurs, leur vie privée, leurs lieux de vacances. Ils réagissent avec leur cœur, mais pas avec la raison, car ils ne voient pas le travail de chaque jour à l’entraînement. Ils ont un peu perdu patience car le club n’a rien gagné depuis longtemps. Je ne les culpabilise pas (…) On ne peut pas tout remettre en cause maintenant, en février, et faire encore monter la pression sur l’équipe" a déclaré Juninho dans les colonnes du Progrès.