jeunesfooteux
Rédigé par le Samedi 18 Novembre 2017 à 17:08

Bruno GENESIO, OL.




Bruno, le Joueur.

Bruno GENESIO, OL.
Comme qui dirait: « Bonjour, pour ceux qui me connaissent pas, vos grand-mères les Genesio qui consomment des yaourts bio », effectivement cette ébauche concerne le fin tacticien, « l’enormissime » Bruno Génesio.

Notre bien aimé Coach de l’OL, né le 1er septembre 1966 à Lyon (Pur Lyonnais :-)) est un ancien milieu de terrain professionnel du championnat français, où il a évolué entre 1985 et 1996 principalement à l’OL, 1985-1994 (où il disputa le 171 matchs et marqua deux buts), à l’OGC Nice, 1994-1995 (34 matchs) et au FC Martigues (28 matchs).

Coach GENESIO.

C’est donc après une carrière professionnelle plutôt honorable que le coach Genesio raccroche les crampons et décide de devenir entraîneur. Très vite il décroche ses diplômes et prend les rênes du FC Villefranche lors de l’année 1999, club qu’il entraînera jusqu’en 2001 avec un bilan assez catastrophique de 17 victoires - 13 nuls - 43 défaites qui lui vaut un licenciement. Par la suite, il disparaît de la scène football et ne réapparaît qu’en 2005 où il devient entraîneur du RC Besançon, club avec lequel il ne dispute que 24 matchs avant d’être licencié.

Il rebondit en 2007 dans son club de coeur, l’Olympique Lyonnais, où il devient observateur des adversaires en pré-match pour l’OL (Poste qui lui permet de développer des compétences tactiques et d’assister de manière active aux préparations des matchs)
En 2009, il devient entraîneur du groupe Pro 2 et rencontre à cette occasion des futures gloires lyonnaises à l’instar d’Alexandre Lacazette.

Avec la nomination de Rémi Garde, Bruno Genesio devient entraîneur adjoint et ajoute la première ligne à son palmarès en professionnel en tant qu’entraîneur, la coupe de France 2012.
Le 24 décembre 2015 (comme un cadeau de Noël aux supporters lyonnais), Bruno Genesio est nommé entraîneur principal de l’OL et le préparateur en chef Gérald Baticle devient son coach adjoint.
b[

Bruno chez les Grands.

Bruno Genesio réussit 6 premiers mois sur les chapeaux de roue avec l’équipe lyonnaise, permettant à l’équipe mal embarquée (croupissant à la mi-saison dans les bas-fonds de la ligue 1) de faire une « remontada » fulgurante pour se retrouver à la 2e place qualificative directement pour la C1 en fin d’exercice. Les experts et les observateurs voient en lui une cohésion retrouvée, un esprit de partage et d’envie de réaliser de grandes choses, une connaissance des joueurs et une forme de reconnaissance des joueurs (surtout des jeunes issus du centre de formation) envers leur coach ayant été quelques années auparavant leur formateur.

La deuxième année est beaucoup plus poussive, l’équipe peine à produire du jeu et quand bien même elle arrive à en produire les performances sont en dent de scie. La Défense est fragile, le milieu manque d’équilibre et des joueurs tels que Lacazette et Tolisso se retrouvent à devoir « porter » l’équipe, ce qu’ils arrivent à faire d’une manière remarquable propulsant les Gones en demi-finale de la C3 et permettant à l’effectif lyonnais d’accrocher la quatrième place (qualificative directement pour la prochaine C3, le PSG ayant gagné la coupe de France) malgré beaucoup de points perdus contre les « petites équipes » de la Ligue 1 et des matchs à élimination directe très mal embarqués comme celui contre l’Ajax d’Amsterdam en C3.

Désormais le coach est moqué, raillé, des supporters s’insurgent contre lui, des banderoles sont déployées au parc OL (Groupama Stadium désormais) et la position du coach est affaiblie par les sorties médiatiques de membres importants de l’effectif lyonnais tel que son capitaine Maxime Gonalons.

Malgré ce climat délétère, Jean Michel Aulas privilégie la constance et l’équilibre et décide de garder son technicien et de lui apporter un effectif de qualité afin de jouer à 100% sur tous les tableaux. Ce qui est fait ce mercato 2017 avec des arrivées de joueurs d’un très bon niveau permettant au coach de pouvoir créer une vraie atmosphère de concurrence (avec en plus l’éclosion de jeunes joueurs à la technique hors-pair tel Houssem Aouar ou encore des joueurs déjà très décisifs en catégorie jeunes comme Geubbels et Gouiri). De plus, le club est en plein cœur d'une période d'euphorie marquée par beaucoup de réussite aussi bien offensivement que défensivement et des performances de haut-vol lors de la double-confrontation contre les Anglais d'Everton ou encore lors de la victoire historique à l'occasion du derby contre Saint-Etienne (5-0 à Geoffroy Guichard). Ce qui sous-entend une cohésion tactique et une entente trouvées entre les joueurs lyonnais, de bonne augure pour la suite de la saison.

OL 2017

Bruno Genesio fait désormais son bonhomme de chemin dans cette Ligue 1, malgré quelques plumes laissées en début de championnat contre des équipes de moindre qualité ou encore une fébrilité défensive criarde, le technicien Lyonnais surnommé « Pep » en signe de railleries par ses supporters, cette année l’entraîneur de la stabilité et de la performance retrouvée pour l’effectif de Jean Michel Aulas qui se retrouve aujourd’hui troisième de la Ligue 1 avec 25 points (moyenne de 2points/ match) à 3 points du deuxième Monaco et à 7 points du premier Paris.


Genesio est prévenu, aucune marge d’erreur ne lui sera tolérée et son président ne pourra pas faire front indéfiniment, les supporters attendent des résultats et des performances de haut vol. L’armoire à trophées de l’OL va t-elle se remplir de trophées estampillés « Bruno Genesio »? Nous voulons bien le croire.



Steeve Alban FOTCHIN.



Mots clés : Ligue 1, OL

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Réagir à cet article




Mercato Foot sur livefoot.fr foot live