Menu
Jeunesfooteux
jeunesfooteux

LOSC, rachat du FC Nantes - Mickaël Landreau se confie


Champion de France en 2011 avec le LOSC, Mickaël Landreau s'est confié au Petit Lillois au sujet des chances de Lille OSC de remporter la Ligue 1, et sur la rumeur d'un possible rachat du FC Nantes.

27 Mars 2021 14:40 - écrit par Rédaction JF


Le LOSC peut remporter la Ligue 1 selon Landreau

Deuxième de Ligue 1 à égalité de points avec le PSG, le LOSC qui s'est incliné le weekend dernier à domicile face à Nîmes Olympique, est toujours dans la course au titre même si les hommes de Christophe Galtier sont clairement dans le dur depuis quelques semaines. 

Néanmoins le LOSC garde toutes ses chances, et a clairement le potentiel pour détrôner le PSG. C'est du moins ce que pense Mickaël Landreau. En effet, l'ex portier du FC Nantes, du PSG et de Lille OSC, estime que le club lillois a un groupe assez solide pour décrocher un nouveau titre, 10 ans après le dernier. 

"Je pense qu’ils ont un groupe bien étoffé, ils peuvent clairement être champions. Ils sont solides, et ils ont les joueurs qu’il faut sur le banc. Ils peuvent ne pas perdre contre n’importe qui. Il y a une vraie homogénéité, il n’y a pas de trous, ou à la limite au poste d’arrière gauche, mais sinon ça répond présent à toutes les lignes. Il y a un grand gardien, puis il y a le retour de Yilmaz devant, qui revient très clairement au bon moment. Il est capable de faire déjouer les blocs bas, il a ce profil, un peu du même style que Tulio de Melo. Son jeu de tête, sa présence, ça peut rappeler Tulio. A l’époque, on faisait entrer Ludo et Tulio, et ils nous ont mis quelques buts qui nous ont fait du bien. Pour gagner le titre, chaque match est important." a t'il confié avant l'évoquer le projet de rachat du FC Nantes dont il serait l'instigateur. 

"(rires) Je suis tranquille. Je n’ai parlé de rien, je suis vraiment bien dans ce que je fais. Après, le foot me manque, j’ai envie d’un projet de club. Nantes sera toujours mon club de coeur, mais aujourd’hui, au moment où on se parle il n’y a rien."