Menu

Rennes : Stéphan, Camavinga, Létang sort du silence


Viré du Stade Rennais malgré un très bon bilan, l'ex président de Rennes, Olivier Létang est sorti du silence afin de démentir certaines rumeurs concernant Julien Stéphan et Eduardo Camavinga.

16 Février 2020 10:45 - écrit par Rédaction JF



Démis de ses fonctions de président du Stade Rennais le 7 février dernier, Olivier Létang a notamment été pointé du doigt pour sa relation conflictuelle avec l'entraîneur de Rennes, Julien Stéphan, mais également pour sa gestion du dossier Eduardo Camavinga

En effet, il a été reproché à l'ex dirigeant du SRFC d'avoir mis la pression sur le coach rennais, et d'avoir ouvert la porte à un possible transfert de Camavinga au Real Madrid. De fausses informations selon Olivier Létang, qui dans un entretien accordé à Ouest France, a ténu à rétablir "ses" vérités. 

Olivier Létang n'a donné aucun ultimatum à Julien Stéphan

"Quand je lis que je lui ai donné un ultimatum de trois matches, je vous le dis droit dans les yeux, c'est faux, il n'a jamais, j'insiste jamais, été menacé d'être démis de ses fonctions après trois matches en décembre. Au contraire, avant et après Reims (le 6 octobre), au plus fort de la tempête, je l'ai vu et lui ai dit qu'on réussirait ensemble. J'en étais convaincu. J'ai aussi lu que j'aurais contacté Rémi Garde ou Laurent Blanc pour remplacer notre coach. Pure invention et là aussi je ne peux que vous conseiller de les appeler pour le vérifier.." a déclaré Létang avant d'évoquer le dossier Eduardo Camavinga.

Olivier Létang dément toutes négociations avec le Real Madrid pour Eduardo Camavinga

 "En ce qui concerne les discussions avec le Real Madrid à son sujet, elles n'ont jamais eu lieu et n'ont simplement jamais existé entre les deux clubs. Appelez le Real Madrid pour vérifier ! La façon dont nous avons géré la situation d'Eduardo ne pouvait être plus favorable pour le club. Nous avons anticipé la signature de son contrat professionnel et son extension au maximum. Les intérêts du club ne pouvaient être mieux protégés " a t'il déclaré.